Partagez| .

(she is a whisper that never was.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
slytherin house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 252
⊱ PSEUDO : red stars. ; backwards (eve)
⊱ CRÉDITS : (av) amortentia, mon bb momo.
⊱ AVATAR : cara delevingne.
⊱ COMPTES : freya.

⊱ ÂGE : dix-neuf ans.
⊱ STATUT CIVIL : en relation libre avec sa meilleure amie, elle n'est vôtre qu'une journée avant de s'envoler.
⊱ SANG SORCIER : un sang pur qu'elle souille de bien des façons.
⊱ SCOLARITÉ : élève de cinquième année.
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : attrapeuse dans l'équipe de serpentard, elle est aussi membre du club de chasse.
⊱ BAGUETTE : sa baguette est faite en bois de saule, signe de malice, avec en son coeur un morceau de corne de licorne. elle mesure vingt-trois centimètres et est prédisposée à la métamorphose.
⊱ PATRONUS : un caméléon.
⊱ DON MAGIQUE : métamorphomage, elle est tout le monde et personne à la fois.

MessageSujet: (she is a whisper that never was.) Lun 24 Aoû - 18:04


jade cordélia lestrange

maybe she loved mysteries so much that she became one.
âge, date et lieu de naissance — enfant de la belle angleterre, personne ne saurait prêt à déposer le doute sur la question qui brûle pourtant nombre de lèvres à présent. c'est un ovni, chuchote-t-on, un dragon au milieu d'un troupeau de moutons. elle est originaire de la vieille britannique, mais envisage l'horizon avec un sourire mystérieux. elle rêve de plages interminables, d'espaces sauvages. elle rêve de prendre son envol loin de cette vie aux allures de contrat ou elle ne décide pas et ne voit pas le pire venir. elle sait qu'elle n'a rien - ou très peu. que partir sera une bouffée d'air frais dans son brouillard intense. mais elle a les pieds ancrés dans le sol et le lointain paysage se referme devant ses yeux grands ouverts. née un vingt-cinq septembre il y a vingt ans, elle fête ce jour heureux chaque année avec plus de ferveur, et d'originalité. les fêtes en petit comité de jade lestrange sont mémorables et sont attendues comme le messie par bien des serpents. nationalité et origines — ses parents sont anglais et elle est née aux marais, ce qui fait d'elle une britannique de pure souche. elle sait qu'autrefois, il y a bien des siècles de cela, les rosier étaient une grande famille de sang-pur française qui a migré vers londres suite à une guerre destructrice. elle peut donc affirmer avec du sang aristocrate français dans les veines tout en restant un pur produit anglais. elle est donc, au final, tout ce qu'il y a de plus pur et de plus raffiné.  sang de sorcier — les lestrange n'ont jamais caché leur passion funeste pour le sang-pur. mariages incestueux se succédèrent pendant des années, mettant au monde des monstres assoiffés de pouvoir. il fallut attendre la grande réforme pour que tout rentre enfin en ordre: désireux de conserver leur sang sans pour autant en faire une affaire d'état, le gouvernement a finalement décidé de les laisser gérer leurs affaires comme il se doit. de ce fait, jade est plus pure que certains ne le seront jamais et ce, en toute légalité.  maison à hogwarts — or perhaps in slytherin, you'll make your real friends, those cunning folk use any means, to achieve their ends. jade en possède toutes les qualités requises et bien plus. le choixpeau hésita longtemps avant de l'envoyer dans une maison car elle convenait à bien d'autres. divergente dans ce domaine, véritable ovni encore une fois, il finit par l'envoyer chez les vert et argent pour son côté rusé, sa détermination, son intelligence et ses qualités de leader. elle n'est pas déçue de sa maison, dans laquelle elle brille étrangement pour son côté différent.  statut civil — on chuchote. sur son chemin, à la princesse des serpents, on entend les murmures qui résonnent en écho. on dit qu'elle est en couple avec un professeur et qu'ils cachent leur relation pour faire bonne figure. on dit qu'elle sort avec sa prétendue meilleure amie. on dit aussi qu'elle n'a aucun petit-ami car elle est bien trop occupée chaque jour avec une nouvelle personne. rien de tout cela n'est vrai; jade est libre comme l'air. elle est une étincelle que l'on ne peut qu'effleurer quand elle se laisse toucher. elle vit cependant bien une histoire avec sarah barrow, mais dans le seul but de l'aider à surmonter ses problèmes personnels. sarah, elle n'est pas sûre de sa sexualité alors c'est jade qui l'aide à y voir clair. elles sont une sort de couple libre, aux allures de mensonge. elles s'aiment comme des âmes soeurs, et cela suffit à jade pour vouloir aider sa soeur de coeur.  année scolaire et spécialité — la princesse, elle n'est qu'en sixième année. déjà connue de tous pourtant, il n'est pas rare de la voir traîner avec des élèves plus vieux qui la gardent avec eux comme un précieux objet. on se l'arrache, la môme, parce qu'elle n'est pas comme tous les autres. ici, à poudlard, le nom jade lestrange a des allures de mystères. elle est spécialisée en zoologie, passionnée de dragons, elle espère en faire son métier tout en sachant pertinemment que ses notes ne le lui permettront pas. en réalité, elle a choisi cette spécialité pour l'étude des dragons et soins aux créatures magiques, préférant dormir dans ces cours-là que pendant la défense contre les forces du mal qui est plutôt bruyante.  baguette magique — sa baguette est faite en bois de saule, signe de malice, avec en son coeur un morceau de corne de licorne. elle mesure vingt-trois centimètres et est prédisposée à la métamorphose.   patronus — si on la pensait incapable de produire un patronus, elle fut pourtant la première de sa classe à y arriver, d'un geste nonchalant : un caméléon d'un bleu brillant s'extirpa de sa baguette avec une facilité qui déconcerta son professeur. sa mère le lui avait appris dès sa seconde année et si elle mit plusieurs mois à trouver le bon souvenir, elle maîtrisait le sortilège à la perfection dès sa troisième année. elle ferme les yeux, jade, et elle tombe dans les tréfonds d'un rêve; il y a son frère dans chaque image, il y a son jumeau dans ses bras et son jumeau lui adressant des sourires. la force de son patronus n'a qu'un nom, et c'est celui de son frère. épouvantard — elle a rencontré un détraqueur, une fois. il était horriblement grand et sinistre. alors qu'il s'approchait, elle entendait les pleurs de son jumeau, ses cris de douleur. elle se souvient du jour ou il est tombé de balais dans la marais : son bras était cassé et sa jambe était en sang. il le prit vite en main et il n'en garde aucune marque. mais jade, elle se souvient. elle se souvient et le souvenir la hante. alors, quand le détraqueur lui a rappelé la peur qui la prise au ventre ce jour-là. puis elle s'est évanouie, et ne se rappelle de rien d'autre que les cris de son jumeau, encore et encore, et la vie qui la quittait peu à peu... quand le professeur leur a demandé de faire face à leur plus grande peur, c'est ce même détraqueur qui s'est dessiné. mais jade n'a pas hésité un instant avant de jeter le contre-sort d'une main de maître.  amortencia — l'odeur des livres neufs rejoint celle de la mer agitée. il y a un soupçon de fumée âcre, comme une allumette qui vient de s'éteindre, avec un zeste d'une odeur de propre, comme un linge fraîchement lavé. si elle n'a jamais su dire à qui la ramenait cette odeur, elle espère le découvrir très vite. elle a hâte de savoir qui serait la personne susceptible de lui convenir quand elle, elle sait qu'elle ne conviendra jamais à personne. son amortentia a une odeur tenace qu'elle adore, et qu'elle pourrait emporter avec elle chaque jour.   don magique — elle n'a pas de visage fixe. elle peut être vous, elle peut être lui, elle peut être n'importe qui. ayant passé les quatorze premières années de sa vie à s'entraîner, elle contrôle son don de métamorphomage à la perfection et il est rare que ses cheveux changent de couleur de façon intentionnelle. si jade respire la liberté, elle a toujours le contrôle sur son corps et sur sa tête.  qualités et défauts — agréable, amusante, captivante, caractérielle, céleste, charmante, mortelle, originale, persévérante, placide, cynique, douée, douce, drôle, prodigieuse, renversante, revendicatrice, révolutionnaire, spirituelle, suave, flamboyante, franche, manipulatrice, indépendante, infernale, intéressante, troublante, mystérieuse, maligne, malicieuse, rusée, leader-née, je-m'en-foutiste, impatiente, rêveuse, lunaire, désintéressée. signe distinctif — tout le monde connaît jade - c'est la sang-pure la plus radicale que poudlard n'ait en son sein cette année. vêtue comme une moldue le plus clair de son temps, elle a même réajusté son uniforme pour qu'il colle mieux au personnage. elle sort rarement à l'extérieur sans ses lunettes d'aviateur et fait d'ailleurs ses matchs de quidditch avec celles-ci sur le nez. jade, elle est grande, longiligne, d'une blondeur éclatante puis d'un brun profond en quelque secondes. elle a un tatouage sur le poignet gauche, représentant un bouton on/off stylisé, qu'elle a fait durant les grandes vacances avec sa meilleure amie. jade, elle met rarement de ballerines et préfère enfiler ses doc martins moldues sous le regard scandalisé de ses professeurs. jade, c'est un personnage, un phénomène. tout en elle est un signe distinctif. animal de compagnie — jade, elle possède bottom. c'est un crapaud d'un vert très clair qui l'accompagne partout depuis ses quatorze. très droit et obéissant, le petit animal est étrangement propre et écoute sa maîtresse au doigt et à l'oeil. elle est complètement dingue de cet petit animal, et a déjà jeté plusieurs sorts sur des élèves lui ayant presque marché dessus. crédits — tumblr
- le dossier scolaire -

ANNÉE D’ÉTUDE • sixième année année.
OPTIONS CHOISIES • zoologie, soins aux créatures magiques, divination, étude des runes.
NIVEAU SCOLAIRE • jade est intelligente, voir brillante. elle excelle à l'écrit sans que personne ne sache si c'est parce qu'elle passe ses nuits à travailler ou si elle est particulièrement douée. quoi qu'il en soit, elle ne lève que très rarement la main et passe son temps à dessiner. jade, elle a des résultats dans la moyenne car elle ne fait aucun effort, elle ne veut pas en faire et considère l'école comme une prison. de plus, elle fait perdre énormément de points aux serpents pour son comportement et et elle le sait, mais elle n'en a rien à faire. et c'est ce qui fait son charme, d'une certaine façon.
APPRÉCIATIONS • elle est un mystère pour les professeurs. ils ne comprennent pas ce qu'elle veut, ce qu'elle cherche, alors ils l’oublient et la laissent dans son coin en pleurant le sort de cette élève qui pourrait faire tellement mieux. il suffit de voir son engagement sur un terrain de quidditch pour comprendre qu'elle est persévérante et qu'avec un peu d'effort, elle pourrait rafler les meilleurs résultats de sa promotion. mais elle n'en a pas envie, dort et dessine pendant les cours. peu désireux de se battre, ils tentent simplement de l'oublier. mais il n'est pas rare qu'elle vienne les voir à la fin des cours pour avoir un conseil, pour obtenir un livre à lire ou des exercices supplémentaires. et c'est pour cela que d'une certaine façon, ils l'adorent tout autant qu'elle les agace. personne ne sait à quoi s'attendre, avec jade.
REDOUBLEMENT • non.
Le Brevet de Transplanage est un diplôme à référence international facultatif qu'il est possible de passer à partir de sa sixième année. L'examen consiste à transplaner dans un périmètre précis.
BREVET DE TRANSPLANAGE • [] obtenu [] recalé
elle ne l'a pas encore passé. et elle préfère attendre.

DEGRÉ DE POPULARITÉ : 100% ⊹ DEGRÉ DE FAYOTAGE : 5%

EN QUELQUES LIGNES, MERCI DE NOUS INDIQUER LE CERCLE D'AMIS QUE VOUS AVEZ. ÊTES-VOUS PLUTÔT SOLITAIRE OU AVEZ-VOUS DE NOMBREUX AMIS ? COMMENT SONT VOS AMIS ET QUELLE RELATION ENTRETENEZ-VOUS AVEZ VOUS ? • la seule amie que possède jade est sarah barrow, une née-moldue moqueuse et loyale. elle partage tout avec elle et c'est bien la seule personne pour qui elle n'est pas un mystère, outre ses frères. elle la considère comme une partie d'elle et serait prête à tout pour la brune. autrement, elle a bon nombres de suivants dont elle oublie parfois le nom, des faux-amis seulement là pour la popularité qu'elle peut leur apporter. elle traîne avec eux sans plus, simplement pour s'amuser un peu. les seules personnes qui l'intriguent ne la supportent pas, et elle adore cette proximité abstraite. ainsi, elle est intérieurement solitaire et extérieurement trop sociable.
à l'intérieur de ma pensine ≈ jade, elle est mystérieuse, elle est secrète, elle a le sourire qui lui dévore le visage une seconde, puis un regard insistant et brûlant la suivante. jade, c'est les vagues, c'est les tornades, c'est le vent fou et les extrêmes, c'est l'inconnu et l'étranger. elle est excessive, délirante, enfantine. elle ne dit rien, rit peu, reste calme et observe. tout glisse de ses doigts jusqu'à son carnet, des dessins et des mots emmêlés pour ne laisser d'un énorme gribouillage de sa vie. pour se rappeler. pour oublier. parce que le monde tombe, parfois, s'effondre. le monde s'effrite entre ses doigts serrés et les larmes coulent sur ses joues sans que rien ne puisse les arrêter. parfois. et elle ne veut pas ressentir la peine, le malheur, la perte. tout est trop sombre, tout est trop lourd, tout est trop effrayant pour se laisser prendre les pieds dans le filet de la vie. jade, c'est une éternelle optimiste qui ne veut pas voir le verre à moitié vide. jade, c'est une enfant qui a trop peur de grandir. jade, au fond, c'est juste une gamine à qui on a jamais donné assez et qui est plus que terrifiée à l'idée de perdre, là, maintenant, le peu qu'elle a construit. alors elle s'entoure. des murs et des murs et des murs de confiance en carton. des murs et des murs de prison pour empêcher le noir d'entrer. et elle promet, depuis toujours, que les murs ne tomberont pas.  ~ ce n'est pas une grande romantique. elle est allergique à l'amour, aux sentiments, à la romance. elle est allergique aux coeurs, à la peur de perdre et à celle d'aimer. elle ne pleure pas, jade, on dit même qu'elle ne sait pas faire. les hommes sont des jouets avec lesquels elle prend son temps mais elle ne s'y attache qu'une journée et ça tourne, parfois est-ce une fille aussi. mais dès le petit matin, telle cendrillon à minuit, elle s'enfuit dans d'autres bras. ~ elle a des doigts de fée qui transforment tout ce qu'ils touchent en or. elle dessine, le plus clair de son temps, elle dessine des visages, des odeurs, des voix. elle donne des compagnons aux tableaux du château, elle invente un monde de mots et de traits dont elle écarte les règles à volonté. elle aime s'effacer au profit de ses œuvres, s'oublier dans les parchemins qui se disputent sous son lit. ~ jade, elle aime être sur un balais. elle aime sentir le vent sur ses joues et dans ses cheveux. elle aime poser ses lunettes d'aviateur moldue sur son nez pour voir le monde à travers une vitre, de la plus belle façon qui soit. elle aime sentir la liberté l'effleurer et le danger la guetter. elle aime la vitesse et l'adrénaline qui coule dans son sang puis qui explose quand ses doigts se referment sur le vif d'or. ~ jade est dotée d'une mémoire sur développée. elle se souvient de tout ce qu'elle a vu, entendu, et senti dans les moindres détails. c'est ce qui la rend aussi douée en cours : elle passe ses journées à écouter les professeurs parler et passe ses soirées à revoir ses cours selon sa propre méthode. la plupart des élèves pensent qu'elle est seulement extrêmement intelligente, ou très bonne tricheuse. jade, elle aime bien que l'on pense qu'elle n'ait pas besoin de faire d'effort. ~ la môme, elle a passé quatorze ans à contrôler son don, petit à petit. elle a aussi pris des cours de combat au corps à corps pour apprendre à se contrôler, à calmer son coeur et ses pulsions. c'était une partie inévitable pour que sa métamophomagie ne lui bouffe pas la vie. ~ elle est la seule fille d'une famille de quatre enfants et le vit très bien: elle a son petit côté garçon manqué, et elle tient à ses frères plus qu'elle ne tient à sa propre personne. son jumeau, tobias, est une partie de son âme. ou qu'il soit, quoi qu'il fasse, elle le considère comme près d'elle. quiconque touchant tobias ou maven aura sans doute à subir le courroux de la mystérieuse lestrange. ~ jade, elle a un an de différence avec son jumeau. ils sont nés à la fin de l'année 1997, et avec des heures de travail, la cadette n'a montré le bout de son nez que le premier janvier, très tôt. ils s'amusent toujours de cette différence d'âge qui ne change rien entre eux: ils sont deux faces d'une même pièce.
pseudo et prénom — red stars, backwards, mais appelez-moi eve.  I love you  âge et région/pays — toujours quatorze ans, en france.    comment as-tu découvert le forum ? — par marine la machine.    quel est ton avis sur le forum ? — tro pa bô.    quelle est ta fréquence de connexion par semaine ? —    ton personnage est — scénario () inventé (X) ton avatar est — reine cara. un dernier mot —  
© SECTUMSEMPRA






Dernière édition par Jade Lestrange le Ven 20 Nov - 19:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
slytherin house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 252
⊱ PSEUDO : red stars. ; backwards (eve)
⊱ CRÉDITS : (av) amortentia, mon bb momo.
⊱ AVATAR : cara delevingne.
⊱ COMPTES : freya.

⊱ ÂGE : dix-neuf ans.
⊱ STATUT CIVIL : en relation libre avec sa meilleure amie, elle n'est vôtre qu'une journée avant de s'envoler.
⊱ SANG SORCIER : un sang pur qu'elle souille de bien des façons.
⊱ SCOLARITÉ : élève de cinquième année.
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : attrapeuse dans l'équipe de serpentard, elle est aussi membre du club de chasse.
⊱ BAGUETTE : sa baguette est faite en bois de saule, signe de malice, avec en son coeur un morceau de corne de licorne. elle mesure vingt-trois centimètres et est prédisposée à la métamorphose.
⊱ PATRONUS : un caméléon.
⊱ DON MAGIQUE : métamorphomage, elle est tout le monde et personne à la fois.

MessageSujet: Re: (she is a whisper that never was.) Lun 24 Aoû - 18:04


and we are quotation marks

inverted and upside down, clinging to one another at the end of this life sentence. Trapped by lives we did not choose.
elle n'est pas qu'une petite fille. elle n'est pas qu'une petite chose fragile qu'il faut protéger. elle n'est pas qu'une lestrange. elle n'est pas que jade. elle est une arme, une bombe, qui peut tout éliminer sur son passage. elle répète. et la litanie résonne comme une délivrance quand le premier coup part et qu'elle se courbe douloureusement sur la droite, pour envoyer son avant-bras sur le buste de son entraîneur. elle aperçoit le sourire heureux et avant même qu'elle n'ait pu se féliciter, il attrape ce même bras, le tord avec une facilité déconcertante, et envoie son coude au creux de son dos.
elle s'effondre.
« encore. relève-toi. tes cheveux sont un arc-en-ciel, jade. il faut que tu te concentres. si tu ne contrôles pas ton corps, qui le fera? t'es pas une poupée, jade. alors debout. et montre-moi que t'es pas en porcelaine. » elle n'est pas qu'une petite fille. elle n'est pas qu'un mirage. elle n'est pas qu'une petite chose insignifiante. elle n'est pas qu'une môme incapable de décider. elle a le contrôle. elle a le contrôle. elle appuie les paumes de ses mains sur le tapis et se redresse stratégiquement en regardant son professeur. sa mère n'a pas hésité une seconde avant d'engager un cracmole pour l'aider. son père a hurlé, un peu, pour la forme. mais il savait que c'était la meilleure chose à faire pour contrôler ce don. elle reprend la pause : elle lève ses avants-bras face à elle pour se protéger. dans son esprit, les murs prennent forme. quatre façades blanches. quatre autres. encore et encore. elle s'enferme si profondément qu'elle sait que rien ni personne ne pourra jamais l'atteindre ni la blesser. elle est invincible. des murs et des murs en béton armé, en titane, en plomb. son professeur la toise doucement, il l'observe alors qu'elle ne le voit pas, alors qu'elle se perd dans ses fondations, alors qu'elle créé le garde-fou qui la préservera de l'abîme. « on recommence. » explique-t-il alors qu'il envoie le premier coup. c'est le même mouvement qu'il fait à chaque fois. cela fait deux ans qu'ils s'entraînent. elle a dix ans, juste dix ans, et ils ont enfin commencé les combats au corps à corps. elle est une môme tout juste sur pieds qui apprend à frapper la première. elle connaît la vitesse de son mouvement, la trajectoire aussi, elle l'a vu faire. au-delà des murs qu'elle a construits, elle aperçoit les souvenirs. ils sont troubles - elle n'est pas assez concentrée. elle essaie encore. elle écarte un mur de quelques centimètres dans son esprit pour apercevoir la façon dont il se défendait. elle l'imite. il envoie son poing sur son épaule et elle pivote en quelques secondes. elle évite. elle n'est pas qu'une petite chose fragile. elle est puissante. elle est une sorcière qui n'a pas besoin de sa baguette. pas besoin de magie. elle suffit. elle est assez. et il frappe encore - elle évite. elle frappe d'un coup mais il lui attrape le poignet avant qu'elle n'ait atteint sa cible. alors elle tente quelque chose de nouveau. elle essaie ce que les murs lui cachent et ce que les souvenirs ne montrent pas : avec un peu d'élan, elle se laisse glisser entre ses jambes toujours accrochée à lui. puis elle tire d'un coup sec et son professeur tombe à la renverse. alors, elle vient poser, menaçante, son pied sur sa trachée. un sourire victorieux lui déforme le visage alors qu'il se redresse, mais elle n'a pas le temps de se vanter qu'elle est déjà au sol. « règle numéro deux, tu ne te déconcentres jamais. sous aucun prétexte. tu ne tournes pas le dos à ton ennemie et tu ne t'avoues ni vainqueur ni vaincue avant d'être sûre que ton adversaire est k-o, compris? » elle hoche la tête, défaite.

il y a des jours ou elle veut s'envoler. elle veut prendre les jambes à son cou et disparaître là ou personne ne pourra jamais l'attraper. il y a des jours ou elle rêve qu'il n'y ait plus d'entraînements, plus de magie, plus de famille. juste elle. ailleurs. elle rêve d'horizon, elle rêve d'océan, elle rêve de tout ce qu'il n'y a pas ici. elle rêve de route qui se prolongent sur des kilomètres au beau milieu d'un désert. c'est à cela qu'elle rêve, la môme de treize ans, assise sur le toit d'une maison moldu, observant les étoiles. sa mère doit la chercher partout - comme toujours. mais tobias la couvre, tobias la couvre toujours. quelque soit la lubie de sa cadette, il sait que ce monde n'est pas assez et il se débrouille pour lui offrir ce qu'il peut. peut importe que ce soit aussi primaire que quelques secondes de liberté. « eh, t'es qui toi? » elle tourne précipitamment la tête vers les deux orbes bleues qui l'observent. c'est la moldue qui vit ici, pas plus grande qu'elle, essayant de la rejoindre sur le toit. il n'en faut pas plus à jade pour qu'elle s'approche et lui tende la main. en quelques minutes, l'inconnue est assise sur les tuiles, vêtue d'un pyjama décoré de vaches. jade a d'ores et déjà tourné les yeux vers les étoiles. « qu'est-ce que tu fais ici, toute seule? » elle aimerait le savoir. mais il n'y a pas de raison. elle a treize ans et elle n'a pas le droit d'être ici. elle n'a pas le droit de vouloir être autre chose. elle est destinée à devenir une gentille sang-pure travaillant pour un gouvernement qu'elle ne comprend pas et n'accepte pas. elle est destinée à revendiquer des droits dont elle ne veut pas, elle est destinée à cracher sur des lois qu'elle comprend mieux que quiconque. cette vie-là, elle a treize ans, et elle sait déjà qu'elle l'exècre. « je pense. » la môme, elle ne regarde pas l'inconnue. elle a les yeux perdus dans les profondeurs du ciel, elle plonge aux côtés des astres et oublie l'inertie de son existence aux côtés des étoiles. la poésie de cette instant a une odeur sucrée - comme du linge propre. « et je peux penser avec toi? il s'est passé pleins de trucs, dernièrement. j'aurais bien besoin de penser aussi. » jade, elle finit par tourner les yeux vers l'étrangère aux étranges manières. elle n'est pas bien grande, elle doit avoir treize ans aussi. elle a des grands yeux bleus qui lui dévorent la moitié du visage et qui lui donnent un air bizarre - comme une poupée que l'on aurait peur de briser qui contient, à l'intérieur de sa peau, tout contre ses os, un océan. elle a un sourire, un grand sourire, qui ne doit pas la quitter souvent. et elle a des cheveux noirs corbeaux qui lui rappellent ceux de sa mère. elle est belle, l'inconnue, de cette beauté brute des enfants innocents. de cette beauté intrépide qu'ont les gens spéciaux. et jade, elle est curieuse, elle veut savoir ce qui rend cette môme spéciale. alors elle demande: « et pourquoi tu as besoin de penser? » une seconde s'écoule ou elles s'observent, ou elles voient dans le regard l'une de l'autre, derrière l'océan de l'inconnue et au-delà des murs de jade. elles voient ce qu'elles ne disent pas, ce qu'elles ne comprennent qu'à moitié. elles voient que tout n'est pas aussi différents dans leur monde que ce qu'on essaie de leur faire comprendre. « tu ne le diras pas, hein? » jade hoche la tête avec douceur. « on m'a appris que j'étais une sorcière. c'est bizarre, pas vrai? je pensais que je pouvais juste faire exploser des verres parce que j'étais très en colère... mais non. et en septembre, je vais à poudlard. tu dois pas connaître, c'est...» « SARAH, qu'est-ce que tu fiches sur le toit? descends immédiatement ! » ladite sarah observe jade un instant, ses grands yeux bleus semblent désolée et elle commence à descendre tout en observant jade. elle veut son prénom, elle en est persuadée. elle veut la connaître. mais personne ne connaît jade. personne ne la comprend. « je reviens te voir demain, sarah. » chuchote-t-elle alors que la tête brune disparaît de son champs de vision. et elle sait, elle sait pertinemment qu'elle reviendra. car c'est bien la première fois que jade fait une promesse.

ils sont sur le quais, à se regarder en chien de faïence sans savoir comment faire. les autres familles se prennent dans les bras, laissent échapper quelques larmes et éclatent de rire. ils vont se manquer, ça se voit. jade, elle va aussi manquer à ses parents. elle le sait parce qu'elle est leur unique fille, elle est leur joyau, elle est une pierre précieuse qu'ils ont adoré polir pendant quatorze ans et qu'ils ont peur d'envoyer à poudlard aujourd'hui. ils l'aiment, elle le sait, ils l'aiment tellement fort qu'ils ont peur de le montrer, qu'ils ont peur de la prendre dans leurs bras. peut-être parce qu'elle ressemble à une poupée - ils pourraient la briser. alors jade fait ce qu'elle n'a jamais fait, elle s'avance d'un pas et vient se serrer contre eux. alors, les sorciers assistent à quelque chose qu'ils n'ont jamais vu auparavant, quelque chose qui n'a pas l'air réel. les lestrange sont collés les uns aux autres pour une accolade formelle mais pleine d'un amour puissant. tobias se joint au cortège avec un sourire amusé, et ils sont là, les uns contre les autres. cela dure une minute toute entière avant qu'ils ne se séparent, les coeurs gros comme le monde. gisa, la mère de jade, la prend à part et se baisse vers elle en lui tendant un bracelet. c'est une lanière de cuir sombre ou la môme aperçoit un pendentif magique : le métal ondule, c'est une flamme. et sur la lanière, inscrite dans le cuir, il y a une inscription: 'ignite'. c'est une sorte de mantra, un mot qui fait réagir jade sans qu'elle ne comprenne pourquoi. elle sait qu'elle se le fera un jour tatouer à même la peau pour emporter ce mot lourd de sens jusque dans sa tombe. et son coeur de remplit d'un brasier qui lui était étranger, des larmes viennent faire briller ses yeux quand elle comprend que sa mère la connaît, la comprend, l'aime. elles s'embrassent une dernière fois avant que l'on ne demande aux enfants de rejoindre le train. jade, elle a le coeur en cendres quand elle passe la porte et qu'elle leur fait un dernier signe, suivie de tobias.

elle se glisse dans un compartiment, le visage clair et dépourvu d'expression tourné vers la fenêtre alors qu'elle se laisse doucement glisser sur la banquette. elle sait qu'elle ne doit pas craquer. elle a le contrôle. elle n'est pas qu'une môme au coeur gros comme l'univers tout entier. elle n'est pas qu'une gamine sans importance. les murs s'élèvent plus haut encore que jamais et elle n'a pas besoin de regarder pour savoir que ses cheveux gardent leur blond presque blanc. c'est plus facile de se concentrer, maintenant. cela fait longtemps qu'elle s'entraîne et maxon, son professeur, lui a promis de continuer pendant les vacances. elle a fini par aimer se faire frapper et frapper en retour. elle a appris à ne plus perdre le contrôle, à ne plus s'énerver, à rester un bloc de glace impénétrable. elle est un mystère et elle aime s'enfermer à clé pour ensuite jeter le petit objet dans l'océan. elle ne veut pas qu'on l'attrape, elle ne veut pas qu'on la brise. elle a trop peur de souffrir, jade. c'est facile de se concentrer sur son don, sur les murs blancs qui parsèment son esprit plutôt que de penser à son coeur qui bat trop vite, à son ventre retourné à l'idée de quitter ses parents. « ah, t'es là ! je pensais que je ne te retrouverais jamais. j'ai dû accompagner mon frère dans un compartiment tout seul parce qu'il voulait lire. » sarah se dessine dans l'entrée et vient se glisser en face d'elle, tout sourire. elles se sont revues souvent, ces deux dernières années. jade venait s'asseoir sur son toit et la moldue la rejoignait. elles discutaient longtemps. la môme n'a jamais eu à être quelqu'un de spécial, à prendre un rôle avec elle : elle est restée un bordel monstre aux allures de mystère et sarah a appris à la démêler, fil par fil. barrow, elle la connaît peut-être mieux que tobias ne la connaît. au fond, jade est persuadée qu'elles sont liées. son frère, à sarah, c'est warner. elle ne l'a jamais rencontré mais il suffit que sarah en parle pour qu'un ciel étoilé se dessine sur ses pupilles. jade n'a pas besoin d'être devin pour savoir qu'il fait partie intégrante de la môme en face d'elle. sarah est folle de son frère et tout le monde le sait. quand il a des problèmes, elle est la première à montrer les poings et quand il s'énerve, elle perd tous ses moyens. c'est son frère jumeau, après tout. c'est comme si elle-même ne se supportait plus. c'est douloureux, primitif. alors jade, elle peut le dire; sarah n'aime rien autant qu'elle n'aime warner. « j'ai entendu dire qu'il y avait des confiseries. tu crois qu'on peut en avoir? » sarah, elle adore manger. jade l'a appris à ses dépends, pensant pouvoir grignoter ses barres de chocolat tranquille, elle a dû en donner la moitié à sa nouvelle amie. dès ce jour-là, elle a toujours pensé à lui ramener quelque chose. le sourire illuminé de sarah valait tout l'or du monde. jade plonge son regard dans le sien et ses lippes s'étirent - l'amusement marque son visage alors qu'elle penche la tête. « tobias est parti nous en chercher. » sarah ne semble pas choquée de cette nouvelle. elle sait que jade anticipe, jade se souvient, jade se cache derrière des murs de froideur et de mystère tout en espérant secrètement lui faire plaisir. sarah sait. sarah la connaît. elles n'ont pas besoin de mettre de mots. « dis, tu penses aller dans quelle maison? » jade est encore perdue dans le paysage quand sarah demande, et elle ne détourne pas les yeux. elle réfléchit patiemment à la question, désireuse d'y trouver une réponse adéquate. elle ne sait pas. peut-être veut-elle aller à serpentard pour rendre fiers ses parents. peut-être veut-elle rejoindre gryffondor pour être courageuse. peut-être espère-t-elle renflouer les rangs de serdaigle pour être intelligente. peut-être pense-t-elle rejoindre poufsouffle pour être loyale. malheureusement, ce ne sont que des souhaits. elle n'est rien de tout cela et se voit mal le devenir car les autres le sont. d'une certaine façon, elle ne pense pas avoir sa place parmi ces gens, mais peut-être se trompe-t-elle. quand elle a rencontré dumbledore pour le prévenir de son don, celui-ci lui a dit que poudlard sera toujours près à accueillir quelqu'un qui en a besoin. et que poudlard sera toujours la maison de ceux qu'il a accueilli. à cet instant précis, jade sait qu'elle en a besoin. mais poudlard sera-t-il prêt à lui faire de la place? « je ne sais pas. et toi? » elle demande d'une voix posée, calme, mesurée. elle pourrait presque paraître calculatrice mais sarah ne s'en offusque pas. elle est assez enjouée pour deux et elle sait parfaitement que jade n'explose pas de joie, et ne pleure pas. elle sait qu'elle contrôle tout, et cela fait son charme. « poufsouffle ou gryffondor. mais pas serpentard, ça c'est sûr ! » elle explose de rire et jade sent un sourire amusé se dessiner sur ses lèvres rosées. « je vais surement aller à serpentard. » explique-t-elle alors que sarah rit encore plus, pliée en deux, en hoquetant quelques excuses. c'est le moment que choisit tobias pour rentrer dans le compartiment, les mains pleines de bonbon. « tu m'expliques depuis quand tu manges autant, jade? » mais elle n'a pas le temps de s'expliquer, justement, que sarah s'est jetée sur les confiseries.

la grande salle est sublime. jade n'a pas les yeux écarquillés comme sarah, à côté d'elle, jade ne serre pas la main de sarah avec force comme celle-ci le fait, jade n'a pas l'air sur le point de tomber amoureuse du plafond comme sarah, mais elle trouve le décor magnifique. et elle le montre à sa façon; un sourire mystérieux sur les lèvres et les yeux pleins d'étoiles. il en faut peu pour qu'on les entasse devant un tabouret et le choixpeau. il y a un rapide discours et les noms résonnent, avec douceur d'abord puis avec plus de vitesse. il en faut peu pour que celui de sa meilleure amie soit appelé. « barrow, sarah. » elle serre la main de jade une dernière fois sous les regars appuyés de l'assemblée avant de sautiller jusqu'au tabouret. le choixpeau se positionne sur sa tête, parle doucement à la môme et finit par hurler d'une voix claire : « poufsouffle ! » un sourire découpe son visage de la plus jolie des façons et avant de rejoindre sa table, elle vient rejoindre jade sous les yeux interloqués des élèves et des professeurs. lestrange la serre une seconde contre elle avant de lui chuchoter au creux de l'oreille. « garde-moi une place. » elle sait, pourtant, qu'elle n'ira pas dans cette maison. elle sait qu'elle va être séparée de la môme, là, la petite brune à la voix chantante qui hoche la tête avant de s'écarter pour rejoindre sa table sous les applaudissements des élèves. elle sait. et cela lui brise le coeur plus profondément encore qu'elle ne l'aurait pensé. « barrow, warner. » ses yeux sont attirés par le garçon qui s'avance jusqu'au tabouret, l'air concentré, droit. il est mignon, pense-t-elle, il respire le sarcasme et l'humour. jade est assez proche pour sentir la même odeur sucrée que sarah porte sur elle - du linge propre. elle sent aussi l'odeur des livres neufs. c'est un mélange délicieux qu'elle ne saurait pas nommer, mais qu'elle catalogue immédiatement comme l'odeur de warner barrow. elle ne l'avait jamais rencontré auparavant. le choixpeau ne met pas longtemps avant d'hurler : « serdaigle ! » il n'a pas hésité. et warner n'hésite pas non plus, il se redresse et rejoint sa table sous les applaudissements, accueillies par quelques blondes sulfureuses. il est mignon, warner, assez pour que jade l'observe d'ou elle est et ne le quitte pas. un instant, il croise son regard. et cela dure. de longues secondes, de longues minutes, ils se disputent du regard, se frappent à distance, s'exaspèrent de loin. ils sont curieux de savoir à qui appartient ce regard aussi profond sans jamais bouger. ils se jaugent, simplement, jusqu'à ce que cela résonne comme une malédiction: « lestrange, jade. » le nom de famille est craint. c'est peut-être l'une des dernières familles sang-pures sur pieds, une des dernières riches et respectées. l'une de celles que l'on ne veut pas avoir contre soit. et jade, jade, on la reconnaît déjà comme la môme aux sourires mystérieux et aux regardes impénétrables. son frère a été réparti à gryffondor. mais tout le monde sait pertinemment qu'elle n'a pas sa place là-bas - on dit même qu'elle n'a sa place nulle part. elle se redresse doucement et marche lentement, de sa démarche céleste et agile, vers le tabouret ou elle prend place. elle toise l'assemblée avec son sourire, son sourire qui veut dire 'vous ne me comprenez pas, et vous ne le ferez jamais', et ses yeux pleins de dédain. on lui pose le choixpeau sur la tête et la salle retient son souffle, désireuse d'entendre les spéculations du vieux objets. mais il ne dit rien. rien du tout. il reste sur sa tête de longues minutes qui semblent être des heures, si bien d'un des professeurs s'avancent presque de peur que le choixpeau ne marche plus. pourtant, il bouge encore. simplement, il ne sait pas quoi dire - peut-être comprend-t-il quel bordel elle est, peut-être voit-il toutes les mauvaises choses qu'elle fera dans sa vie, peut-être est-il effrayé par le personnage qui se dessine sous ses yeux de tissus. quoi qu'il en soit, il ne parle pas, et l'assemblée est presque choquée. finalement, après avoir reçu un coup de la part d'un professeur, le choixpeau se ressaisit et articule un mot sans vraiment être convaincu: « serpentard... » et elle se fracasse, la poupée. elle n'est qu'une petite fille terrifiée. elle n'est qu'une môme incapable de décider. elle n'est qu'un mirage, elle n'est qu'un lac. elle n'a rien de l'océan déchaîné aux eaux troubles qu'elle essaie de montrer. elle est terrifiée. elle est emmêlée. elle ne sait même pas qui elle est et c'est affreux. elle est perdue. et personne ne la cherche. ses yeux voyagent au travers de la salle et tombent sur warner. mais il s'est retourné - comme sarah, il n'aime pas les serpents. quelque part dans sa poitrine, quelque chose se fracasse. pas bruyamment, non, en silence. dans un silence de plomb. elle n'ose même pas regarder sa meilleure amie. défaite, tête baissée, elle rejoint les rangs des vert et argent sous les applaudissements. elle n'est ni joyeuse ni enjouée et même son sourire s'est effondré. elle construit des murs et des murs, des maisons à l'intérieur des maisons, des immeubles, des châteaux, pour oublier que son coeur hurle à l'agonie d'être séparé de son jumeau et de sa meilleure amie. mais elle n'arrive pas à destination - une petite main vient se glisser dans la sienne. l'appel continue quand sarah tire jade jusqu'à sa table. « tu m'as dit que je devais te garder une place, non? »

elle serre le manche de son balais entre ses doigts, mais elle n'est pas anxieuse. elle sait qu'elle va y arriver - tobias y a veillé. ils ont passé leur enfance à essayer de contrôler ces maudits balais. et s'il a toujours été plus doué qu'elle, elle a fini par dompter la bête à son tour. cet été, ils se sont entraînés et jade a jonglé entre les entraînements avec maxon et ceux avec son jumeau. elle était épuisée et trouvait à peine le temps d'écrire à sarah mais elle s'est amusée plus encore qu'elle ne l'avait jamais fait. elle sait qu'elle va y arriver. « lestrange. qu'est-ce que tu fais ici? » elle hausse un sourcil mais ne s'offusque pas du temps condescendant. le capitaine, un dernière année, l'observe de haut avec dédain. les haut-rangs des serpentards ne l'aiment pas car elle a pris trop d'importance, la petite rebelle. elle est devenue une énigme et ils n'aiment pas ne pas savoir. hors, elle refuse de s'ouvrir à eux. car ils sont des vicieux serpents qui n'ont pas hésité à la faire tomber quand elle tenait à peine debout, quand elle avait quatorze ans et qu'elle pensait pouvoir endurer la vie. ils ont fait bien attention à choisir les mots pour la faire trembler. mais les murs ne sont pas tombés et ils ne tomberont pas. et ça, ils ne le supportent pas. « vous recherchez un nouvel attrapeur, non? » demande-t-elle avec son éternel sourire, la tête penchée vers la droite et ses cheveux tombant en cascade dans son dos. elle n'a pas la taille du garçon mais elle a assez de dédain pour le faire tomber au sol, et elle est assez hautaine pour prétendre au trône des serpents. « tu tiendras jamais sur un balais, passe ton tour. » elle tend la main, comme une sorte d'invitation, alors qu'elle enfourche son balais. il s'exécute en silence et lance le vif d'or alors qu'elle rejoint les airs. elle se sent libre. elle se sent comme un oiseau et elle n'a plus envie de retomber. il lui faut peu de temps pour trouver le vif d'or et s'il lui échappe plusieurs fois, elle finit par mettre la main dessus avec précision. mais elle n'a pas le temps de redescendre. elle referme ses doigts sur la boule d'or quand un cognard lui rentre dedans. elle vacille et tombe de son balais, ne s'y accrochant que d'une main. elle a les côtes en feu et elle sent qu'elle va glisser. plus bas, elle aperçoit le capitaine qui fait un hochement de tête au batteur, visiblement content de son boulot. jade, ce n'est pas qu'une fille sur qui on peut frapper en espérant qu'elle lâche prise. ce n'est pas qu'une môme en colère qui baisse les yeux devant l'autorité. non. c'est quelqu'un. une personne. et ils doivent la respecter. alors elle s'élève sur ses bras et reprend place sur son balais - merci tobias, avant de filer à toute vitesse sur le sol. elle tremble quand elle trouve le sol, grimace de douleur à chaque pas, mais finit par approcher le capitaine qui la toise, l'air de dire 'tu pensais pouvoir m'avoir?'. elle lui adresse alors le plus grand sourire que l'on ait jamais vu sur les lèvres de jade lestrange. mais il transpire le mépris et le sarcasme. elle lui tend la main, et l'ouvre sur le vif d'or. il l'attrape, hébété, quand elle fait un pas en arrière et volteface, envoyant son poing dans le nez du batteur qui s'était positionné derrière elle. il vacille, et elle le pousse pour qu'il tombe au sol. une fois dans la terre, elle vient se baisser à son niveau. « la prochaine fois, c'est moi qui te pousse de ton balais. et je peux t'assurer que tu ne te rattraperas pas. » puis elle récupère le précieux cadeau de son frère et repart, sans oublier d'hurler au capitaine. « on se voit à l'entraînement. »

elle l'observe avec un sourire avant de se glisser dans son dos pour lui montrer comment se placer. d'abord, elle appuie sur ses épaules avec un douceur pour qu'il se décontracte mais son contact suffit pour qu'il se redresse encore plus. elle soupire et tente une nouvelle fois, plus doucement, avant de souffler au creux de son oreille de sa voix calme : « détends-toi. » il hoche la tête, et elle reprend son manège. ses doigts viennent se poser au creux de son dos pour qu'il se penche très légèrement. elle fait le tour et vient positionner ses bras d'une certaine façon, avant de lui montrer le sortilège une nouvelle fois. elle pense à tobias, elle pense à tobias qui a dormi avec elle quand elle avait neuf ans et qu'elle était terrifiée par l'orage. elle pense à tobias qui lui a appris à jeter ses premières sorts, qui lui a montré comment tenir une baguette, qui lui a fait découvrir la tour des gryffondors. elle pense à tobias qui lui laisse toujours accès à ses chocogrenouilles. elle pense à tobias et son coeur se gonfle, se remplit d'un amour puissant, d'un courage inattendu. le blond un peu bizarre à l'humour assez désastreux, le môme hyperactif qui a déjà le visage d'un homme, c'est une partie d'elle. la meilleure partie d'elle. et si la peur de le perdre est terrible, le bonheur de l'avoir est encore plus forte. « expecto patronum. » et au bout de sa baguette, un caméléon naît et s'avance sagement dans les airs. il est peint de bleu, de gris et de blanc, il brille dans la salle sur demande alors qu'elle tourne ses grands yeux pleins d'étoiles vers warner. elle hoche la tête et reprend sa place dans son dos. alors elle sait qu'il ferme les yeux comme les trois dernières fois, elle sait qu'il se contracte automatiquement, et qu'il pense à sa soeur. elle sait qu'il essaie de toute ses forces et elle sait qu'il veut avoir le contrôle. mais warner n'a pas son passé. warner ne s'est pas fait décrocher la mâchoire l'été de ses quinze ans par son professeur suite à une mauvaise réception. warner n'a pas eu à construire des murs et des murs et des murs pour vivre en société. alors il ne peut pas avoir le contrôle et se laisser aller à la fois. « j'ai dit, détends-toi. » souffle-t-elle plus doucement encore alors qu'elle presse ses épaules avec délicatesse. elle veut qu'il comprenne que ce sortilège est dur, mais c'est avant tout de trouver un souvenir adéquat qu'il l'est. elle a mis une année toute entière pour y arriver, et elle sait à quel point cela peut être éprouvant. « arrête de vouloir avoir le contrôle. il faut que tu te laisses aller. que tu plonges dans ton souvenir comme si tu y étais. il faut que... » et elle s'arrête, le contourne pour venir se poster face à lui et poser la main sur son torse. « tu laisses ton coeur battre la chamade et tes lèvres s'étirer sans raison. il te faut un souvenir suffisamment heureux pour qu'il soit magique. » et encore une fois, elle s'écarte de son champs de vision pour venir se poster dans son dos, tout près de lui. elle mime de regarder ce qu'il fait mais elle est très clairement en train de respirer son odeur sucrée de linge propre, de livres neufs et d'un zeste de fumée âcre. alors, il jette le sort et contrairement aux autres une fois, une fumée bleue s'extirpe de sa baguette. elle survit quelques secondes avant de disparaître. il se tourne vers elle, tout sourire, bras levé, l'air gagnant, alors qu'elle esquisse un sourire amusé. l'éternel mystérieux sourire de lestrange. elle se hisse sur la pointe des pieds, embrasse sa joue et fait volte face. - elle jurerait l'avoir vu rougir alors qu'elle s'échappe. l'écho de ses mots résonnent dans la pièce quand elle quitte la salle sur demande. « on se voit lundi. »
© SECTUMSEMPRA 2015



Dernière édition par Jade Lestrange le Mar 25 Aoû - 1:54, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
great responsibility
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 339
⊱ PSEUDO : regulus (marine)
⊱ CRÉDITS : © sweet nothing / hestia
⊱ AVATAR : pedro pascal.
⊱ COMPTES : tommen.

⊱ ÂGE : quarante et une années.
⊱ STATUT CIVIL : officiellement veuf célibataire, officieusement en relation cachée avec une collègue dont il tait le nom.
⊱ SANG SORCIER : sang-mêlé.
⊱ PROFESSION : maître des potions, concepteur d'antidotes et directeur de la maison slytherin, anciennement auror de renom.
⊱ ANCIENNE MAISON : il fit ses études sous l'enseigne du serpent.
⊱ BAGUETTE : bois de cyprès, larme de licorne, elle mesure vingt-sept centimètres et demi et se veut prédisposer aux maléfices.
⊱ PATRONUS : il prend la forme d'un chat.
⊱ DON MAGIQUE : métamorphomage de naissance, il peut prendre la forme qu'il souhaite et ses transformations trahissent ses émotions.

MessageSujet: Re: (she is a whisper that never was.) Lun 24 Aoû - 19:39

rapporte plein de points à ta maison avec tes rps super longs What a Face



    I didn’t realize you were a poet… For your paramour? ◈ ambition and power
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phoenixrising.forumactif.org/t88-iron-prince-aldrige-sr#1
avatar
slytherin house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 252
⊱ PSEUDO : red stars. ; backwards (eve)
⊱ CRÉDITS : (av) amortentia, mon bb momo.
⊱ AVATAR : cara delevingne.
⊱ COMPTES : freya.

⊱ ÂGE : dix-neuf ans.
⊱ STATUT CIVIL : en relation libre avec sa meilleure amie, elle n'est vôtre qu'une journée avant de s'envoler.
⊱ SANG SORCIER : un sang pur qu'elle souille de bien des façons.
⊱ SCOLARITÉ : élève de cinquième année.
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : attrapeuse dans l'équipe de serpentard, elle est aussi membre du club de chasse.
⊱ BAGUETTE : sa baguette est faite en bois de saule, signe de malice, avec en son coeur un morceau de corne de licorne. elle mesure vingt-trois centimètres et est prédisposée à la métamorphose.
⊱ PATRONUS : un caméléon.
⊱ DON MAGIQUE : métamorphomage, elle est tout le monde et personne à la fois.

MessageSujet: Re: (she is a whisper that never was.) Lun 24 Aoû - 19:42

vu le nombre de points que je vais faire perdre, j'y compte bien. What a Face

NOM › c'est d'un nom aux courbes dorées qu'elle est dotée. les épices d'orient sur le bout de la langue alors qu'elle le chuchote avec vénération. ce n'est pas un patronyme mais un empire sur lequel elle veille, chaussée de ses louboutins hors de prix. il n'y a rien de plus évident que la puissance qui émane de ce corps de poupée, alors que le nom résonne en écho dans son dos comme un mantra. al-zahâr, elle est l'enfant au coeur noir, celle que l'on craint mais que l'on rêve d'approcher. la beauté extérieure est, dans bien des cas, ce qui trinque sur le noir d'un esprit. al-zahâr, c'est l'orgueil des valeureux, la conquête des courageux, c'est l'espoir dont elle roule le 'r' avec son petit sourire amer. richesse et paillettes émanent de l'enfant aux cheveux corbeaux, héritière fière de ce dont elle hérite, de ce dont elle profite. il n'y a rien de plus avide que la princesse guerrière. al-naaqa sur sa nuque dans un doux frisson, aussi léger que la brise du petit matin qui lui rappelle une autre identité. c'est l'air frivole qu'elle arbore parfois, la dangereuse générosité qui l'avale quand elle ne compte pas. c'est la féminité de sa voix quand elle vient chuchoter à l'oreille du chanceux quelques mots que la nuit avalera. al-naaqa, c'est l'élégance de l'enfant, c'est son secret précieux qu'elle garde contre son coeur comme une promesse d'ailleurs. ou tout est beau et doux et gracieux et chaud comme le soleil du petit matin. PRÉNOM › c'est une princesse guerrière, une fleur aux allures de roses dont on perd vite de vue les épines puissantes. princesse elle est, dans son cheminement princier et son sourire léger, princesse elle restera : jusqu'à son nom, elle porte ce titre. anyssa, la perfection dans un terme que l'on sent délicat dans sa bouche. un prénom qu'elle susurre avec envie, alliant noblesse et finesse à ce terme subtile. c'est intisar, tout est cadeau de la part de l'enfant soleil qui porte triomphe comme nom de combat. elle est de ces déesses que l'on oublie déjà mais que l'on vénère encore - bien trop belle et désirable pour être d'ici, ou le soleil se couche tôt et brille peu, mais bien trop frêle et fragile pour ne pas être humaine. princesse à qui tout réussit - elle détruit ce qu'elle touche, puis le transforme en or si elle n'est pas effrayée de l'effort. et puis il y a majda, tapissée derrière un sourire confiant, c'est dame colère de son habit de témérité alors qu'elle s'enflamme sous ses souhaits. c'est celle qui, de fort caractère, achève toute en ambition en succès. SURNOM › 'ma princesse' sur les lèvres du paternel, comme une vérité générale dont tout le monde devrait être intimement convaincu. car il n'y a pas eu plus grande réussite royale qu'anyssa et son port de tête parfait. elle est difficile, l'enfant, elle s'emporte et s'enflamme et s'envole si haut dans le ciel que cela peut devenir problématique. mais elle est phénix et quand elle retombe lourdement, il n'en faut que peu pour qu'elle renaisse majestueusement de ses cendres. 'fleur du désert' est un joli sobriquet que ses frères aiment utiliser, avant de le troquer 'la chieuse', car il n'y a rien de plus agaçant en ce bas monde qu'anyssa, dragon à ses heures perdues. de tous ces qualificatifs, il y en a un qui est universel : 'anya', c'est anya sur toutes les bouches, dans la gorge de tous, tapant contre le palais avec l'impatience des premiers temps. ÂGE › certaines fleurs s'éteignent avec les années, meurent sous le poids des jours, tremble derrière les mois de l'année. mais l'enfant n'est pas de celles-là et transperce l'horizon de sa confiance et de ses sourires violents. ses lippes s'étirent à chaque nouvel anniversaire avec la fierté d'avoir pris encore une année, prête à déjouer les lois de la rationalité. soyons sérieux ; il n'y a rien de plus éternel que l'enfant aux mots désarmants. les rides s'effraient déjà de devoir gâcher un si beau visage et l'enfant regarde, la main sur le front, observant la lointaine vieillesse qui court en sens inverse. vingt-et-un déserts s'alignent, que de belles années. DATE & LIEU DE NAISSANCE › c'est un vingt-et-un mars qu'elle a vu le jour, au lever du soleil, en mille neuf cents quatre-vingt treize. c'est là ou l'élégance, la mode, la beauté et la noblesse sont intimement liées que l'enfant est née ; la ville lumière surplombe son acte de naissance d'un air impérieux. de paris, elle a le goût prononcé du beau, du raffinement, peu du bien mais du vrai, de ce qui est fascinant et qui laisse fasciné. elle a de la ville lumière un renfoncement particulier pour le luxe, l'originalité et la singularité. de cette symbolique en ressort une vérité qui en a ébahi plus d'un : l'enfant est bélier, elle tient de lui son caractère de feu, impétueuse princesse en flammes. impulsive et déterminée, elle bombe le torde de la même façon qu'il tourne ses cornes vers l'ennemi. ORIGINES & NATIONALITÉ › c'est à l'émirat de dubaï que l'enfant s'illumine de pleins feux : la peau dorée et la voix enchanteresse fait écho au pays merveilleux qu'elle garde dans son coeur comme le plus beau des secrets. ville cachée, ville nouvelle, qui abrite en son sein mille richesses qu'elle camoufle par-delà le désert. d'origine arabe, elle assume son appartenance à ces contrées lointaines dont elle a le charme et l'exotisme, mais nulle doute qu'elle a le raffinement et l'envie de liberté des françaises. elle est enfant des antiques sultans, mais aime plus que tout son pays natal qu'elle chérit comme son propre enfant à son tour : cette contrée alliée à ses origines, c'est un métissage osé qu'elle arbore avec un sourire confiant, revendiquant simplement sa double-nationalité franco-émiratienne. STATUT CIVIL › difficile de mettre en cage l'insaisissable : l'enfant n'aime guère appartenir à, et se revendique allègrement comme indépendante. elle n'a jamais pensé à donner son coeur et le garde jalousement caché derrière ses sarcasmes et ses mots acérés. nul doute qu'elle a des griffes, mais il suffit d'approcher pour apercevoir ses lippes rosées qui appellent au baiser, sa peau de porcelaine plus douce que du duvet et ses longs cheveux bruns que l'on devine léger. on peut la vénérer autant que l'on le souhaite pourtant, anyssa, on ne la choisit pas. on la mérite. princesse impérieuse aux revendications peu communes, elle ne veut pas de sentiments mais un porte-monnaie bien chargé, une gueule d'ange et un caractère assez facile pour la supporter. pourtant, cette association ne semble pas lui convenir longtemps car elle l'abandonne rapidement pour changer de victime. l'enfant, elle est de celles qui aiment se faire entretenir, elle aime qu'on lui décroche la lune et elle n'hésite guère à réclamer le soleil en supplément. il faut dire qu'avec de tels yeux, on n'hésiterait guère à y ajouter vénus pour être sûr de s’attirer ses bonnes grâces : avoir anyssa contre soit, c'est aussi toucher le paradis du bout des doigts. si elle peut se parer d'or et d'argent, vous aurez la chance d'apercevoir les étoiles briller dans ses orbes. pourtant, rien ne convient à la princesse-dragon qui préfère se délester de la mauvaise compagnie. sa solitude lui convient, tout du moins jusqu'à la prochaine victime. STATUT DU COMPTEUR › elle marche dans la rue avec ce même sourire placardé sur les lèvres comme un appel à la torture : celui-là même qui semble dire éloigne-toi avant que je ne te perfore le crâne à coup de prada. c'est alors que son téléphone vibre - sourire confiant, cette fois, car on ne se passe pas d'anyssa. elle est essentielle au monde et elle le rappelle bien trop souvent à ceux qui la connaissent. jolie princesse que l'on se doit d'estimer merveille. c'est alors qu'elle les voit, ces zéros, ces zéros si nombreux. elle ne sait pas bien comment son regard a fini par tomber sur ce petit chiffre tatouer sur son avant-bras, mais elle les aperçoit et c'est la panique, l'envie, le désespoir qui semblent se battre dans son estomac alors qu'elle croise les doigts et regarde autour d'elle. alors elle le voit, lui aussi regarde son avant-bras, puis elle, puis son avant-bras, puis il la regarde encore visiblement fasciné et dégoûté de ce qu'il comprend en la voyant. la même chose arrive de l'autre côté du miroir : le dromadaire au porte-monnaie vide qu'elle aperçoit la dégoûte au plus haut point. son karma la punnit, le destin la blâme pour son materialisme, cela ne peut être que cela pour lui offrir un produit d'aussi basse gamme. il est sans doute mignon, au-delà de la crasse qu'elle imagine et des vêtements anodins qu'il porte. elle ne peut peut-être pas le rendre à la vendeuse mais nul doute qu'elle ne l'utilisera jamais et qu'elle ne veut pas l'apercevoir : plus loin il se tiendra, mieux elle se portera. son âme soeur est une marchandise désastreuse, sans doute de la contre-façon, elle se doute qu'il y a erreur et attend que le compteur reprenne ses chiffres bénis mais rien n’apparaît : les zéros continuent de la marquer. et elle sait, elle sent qu'elle n'aura jamais rien de plus que cette chose qu'elle ne pourra jamais aimer.


i promise myself then, in that moment, that i will hold him forever, just like this, until all the pain and torture and suffering is gone, until he's given a chance to live the kind of life where no one can wound him this deeply ever again.  w/ tahereh mafi.  


Dernière édition par Jade Lestrange le Dim 22 Nov - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
great responsibility
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 339
⊱ PSEUDO : regulus (marine)
⊱ CRÉDITS : © sweet nothing / hestia
⊱ AVATAR : pedro pascal.
⊱ COMPTES : tommen.

⊱ ÂGE : quarante et une années.
⊱ STATUT CIVIL : officiellement veuf célibataire, officieusement en relation cachée avec une collègue dont il tait le nom.
⊱ SANG SORCIER : sang-mêlé.
⊱ PROFESSION : maître des potions, concepteur d'antidotes et directeur de la maison slytherin, anciennement auror de renom.
⊱ ANCIENNE MAISON : il fit ses études sous l'enseigne du serpent.
⊱ BAGUETTE : bois de cyprès, larme de licorne, elle mesure vingt-sept centimètres et demi et se veut prédisposer aux maléfices.
⊱ PATRONUS : il prend la forme d'un chat.
⊱ DON MAGIQUE : métamorphomage de naissance, il peut prendre la forme qu'il souhaite et ses transformations trahissent ses émotions.

MessageSujet: Re: (she is a whisper that never was.) Lun 24 Aoû - 19:45

vilaine fille



    I didn’t realize you were a poet… For your paramour? ◈ ambition and power
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phoenixrising.forumactif.org/t88-iron-prince-aldrige-sr#1
avatar
slytherin house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 252
⊱ PSEUDO : red stars. ; backwards (eve)
⊱ CRÉDITS : (av) amortentia, mon bb momo.
⊱ AVATAR : cara delevingne.
⊱ COMPTES : freya.

⊱ ÂGE : dix-neuf ans.
⊱ STATUT CIVIL : en relation libre avec sa meilleure amie, elle n'est vôtre qu'une journée avant de s'envoler.
⊱ SANG SORCIER : un sang pur qu'elle souille de bien des façons.
⊱ SCOLARITÉ : élève de cinquième année.
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : attrapeuse dans l'équipe de serpentard, elle est aussi membre du club de chasse.
⊱ BAGUETTE : sa baguette est faite en bois de saule, signe de malice, avec en son coeur un morceau de corne de licorne. elle mesure vingt-trois centimètres et est prédisposée à la métamorphose.
⊱ PATRONUS : un caméléon.
⊱ DON MAGIQUE : métamorphomage, elle est tout le monde et personne à la fois.

MessageSujet: Re: (she is a whisper that never was.) Lun 24 Aoû - 19:49

oh, doucement le vieux. t'excite pas, tu pourrais perdre ton dentier.


i promise myself then, in that moment, that i will hold him forever, just like this, until all the pain and torture and suffering is gone, until he's given a chance to live the kind of life where no one can wound him this deeply ever again.  w/ tahereh mafi.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ravenclaw house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 386
⊱ PSEUDO : amortentia (morgane)
⊱ CRÉDITS : manon jet'aime et hestia d'amour que j'aime fort
⊱ AVATAR : sophie turner
⊱ COMPTES : melisandre la grognasse

⊱ ÂGE : dix-neuf ans d'impureté et de dégoût.
⊱ STATUT CIVIL : célibataire, l'âme vide
⊱ SANG SORCIER : sang mêlé
⊱ SCOLARITÉ : cinquième année
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : aucun, personne ne veut d'elle
⊱ BAGUETTE : sa baguette est faite en bois de pommier, avec pour coeur une écaille de sirène. elle mesure vingt centimètres et est prédisposée aux sortilèges défensifs.
⊱ PATRONUS : elle n'a jamais réussi à en produire un.

MessageSujet: Re: (she is a whisper that never was.) Lun 24 Aoû - 20:52

What a Face What a Face What a Face meli frappe jade, mais hazel lui fait un câlin.



    i wanna hide the truth, i wanna shelter you, but with the beast inside, there's nowhere we can hide. no matter what we breed, we still are made of greed, this is my kingdom come, this is my kingdom come.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
slytherin house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 252
⊱ PSEUDO : red stars. ; backwards (eve)
⊱ CRÉDITS : (av) amortentia, mon bb momo.
⊱ AVATAR : cara delevingne.
⊱ COMPTES : freya.

⊱ ÂGE : dix-neuf ans.
⊱ STATUT CIVIL : en relation libre avec sa meilleure amie, elle n'est vôtre qu'une journée avant de s'envoler.
⊱ SANG SORCIER : un sang pur qu'elle souille de bien des façons.
⊱ SCOLARITÉ : élève de cinquième année.
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : attrapeuse dans l'équipe de serpentard, elle est aussi membre du club de chasse.
⊱ BAGUETTE : sa baguette est faite en bois de saule, signe de malice, avec en son coeur un morceau de corne de licorne. elle mesure vingt-trois centimètres et est prédisposée à la métamorphose.
⊱ PATRONUS : un caméléon.
⊱ DON MAGIQUE : métamorphomage, elle est tout le monde et personne à la fois.

MessageSujet: Re: (she is a whisper that never was.) Mar 25 Aoû - 1:37

JE SUIS VALIDEE. FAITES DE LA PLACE POUR LA PLUS BELLE.


i promise myself then, in that moment, that i will hold him forever, just like this, until all the pain and torture and suffering is gone, until he's given a chance to live the kind of life where no one can wound him this deeply ever again.  w/ tahereh mafi.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (she is a whisper that never was.)

Revenir en haut Aller en bas

(she is a whisper that never was.)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Toujours plus :)
» Whisper of guilt
» (reagan) ○ they used to shout my name now they whisper it.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sectumsempra :: 
les lettres envoyées par hiboux
 :: Le miroir du risèd :: fiches validées
-
élèves attendus :
potions
sortilèges
langues étrangères
métamorphose
occlumancie

scénarios recherchés :