Partagez| .

(M/L) COSTER-WALDAU ≈ hear me roar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
ravenclaw house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 78
⊱ PSEUDO : verlaine (jules)
⊱ CRÉDITS : crick (ava) little wolf (signa)
⊱ AVATAR : lily collins
⊱ COMPTES : none.
⊱ ÂGE : vingt trois ans, déjà.
⊱ STATUT CIVIL : le seul homme dans sa vie est son père, elle ne n'a pas assez confiance pour donner de l'importance à un autre.
⊱ SANG SORCIER : sang mêlée, les rowan n'ont jamais porté d'importance au sang, adaline considère cette mixité comme son héritage.
⊱ SCOLARITÉ : dixième année, spécialisée dans la zoologie, dans le but de travailler dans la rechercher d'espèces disparues.
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : poursuiveuse pour l'équipe de quidditch de serdaigle.

MessageSujet: (M/L) COSTER-WALDAU ≈ hear me roar Mar 25 Aoû - 14:40


marcus rowan

feat nikolaj coster-waldau
âge, date et lieu de naissance — il peut avoir entre quarante quatre et quarante sept ans, c'est au choix. pas moins cependant, puisqu'adaline a déjà vingt trois ans. il est né à sainte mangouste, comme la plupart des sorciers. nationalité et origines — sûrement britannique, le sang anglais coule dans ses veines. sang de sorcier — les rowan sont une famille de sang mêlé de ce qu'il a de plus commun, ils ne prêtent ni attention au sang, ni à la fortune, le fait qu'il se soit mariée avec une moldue illustre bien cette mentalité. marcus se fiche complètement d'être de sang mêlé, il se préoccupe beaucoup plus de quoi le sorcier est capable. études ou profession — ancien auror, ancien langue de plomb, il a nécessairement travaillé pour le ministère de la magie à un moment dans sa vie. impliqué, marcus a toujours été très présent dans sa carrière, jusqu'à ce que lui joue des tours. il y a quatre ans de cela, sa maison a été incendiée par un de ces ennemis, il a du mal à le voir, mais sa fille lui a fait réalisé qu'il était tant que sa carrière au sein du ministère se termine, pour leur bien à tous les deux. il est désormais professeur contre les forces du mal, depuis quatre ans, à poudlard. statut civil — il est célibataire depuis que amara, la mère d'adaline est partie, lorsque cette dernière n'avait que quatre ans. techniquement, il est toujours marié à elle. cependant, je l'imaginais bien être attiré par une de ses collègues, plus jeune que lui et ne pas vraiment se l'avouer.  baguette magique — aux choix. patronus — un animal au choix, quelque chose de majestueux ou bien protecteur, un animal qui lui correspond. épouvantard — c’est au choix, je suis sûre que ce grand monsieur craint terriblement quelque chose, mais il ne le dit pas, il ne le dira jamais. amortencia — au choix. don magique — totalement au choix, je l'imaginais bien en avoir un effectivement.  qualités et défauts — impulsif, impliqué, se soucis peu des conséquences, énigmatique, passionné, manipulateur. signe distinctif — tumblr. crédits — à mettre ici
à l'intérieur de ma pensine ≈ marcus a rencontré ella, celle qui deviendra sa femme et la mère de sa fille à l'âge de dix neuf ans, elle le changera, totalement. lui qui était irresponsable, volage, s'éprit tellement d'elle qu'il ne voulait plus aller nulle part sans elle. elle était une jeune écossaise en passage à londres, le fait qu'elle soit moldue ne l'a pas gêné, il lui a expliqué, longtemps son monde, ne voulant pas vivre dans le mensonge. ils ont parlé, pendant longtemps puis elle l'a accepté (+) quelques années après, adaline est née, prénommée de la sort en référence à une chanson d'un groupe moldu qu'ils appréciaient beaucoup tous les deux, c'est une enfant désirée, aimée dès sa  naissance. marcus n'avait aucune idée de comment être père, mais ella l'aidait, peu à peu il commençait à prendre ses marques. (+) alors qu'il commençait enfin à s'habituer, ella parti, d'un seul coup. apeurée par toute cette magie dont elle ne comprenait que les grandes lignes, ne voulant pas partir avec sa fille puisqu'elle savait au fond qu'elle aussi, serait comme son père. (+) marcus alors, au beau milieu de sa carrière, se retrouva avec un enfant de quatre ans dans les bras, ne sachant ni comment l'élever, ni comment s'en occuper. à contre coeur, il se concentra sur sa carrière, délaissant cet enfant grandissant car il en avait peur (+) au fil des années, il se rendit compte qu'il n'avait aucune raison d'avoir peur. adaline n'avait rien de la lionne qu'était sa mère, elle était douce, attentive. une relation très proche uni les deux êtres qui n'avaient que l'autre comme famille (+) tout en élevant sa fille, marcus continua ses affaires au ministère, toujours autant secrètes, dangereuses, prenant souvent des risques, sans jamais alerter adaline. pendant des années, c'est un véritable double jeu qu'il a mené, une pièce maitresse du ministère la journée, un père aimant et rassurant le soir. (+) cela a commencé à dégénérer avec des menaces, irrégulières puis de plus en plus fréquentes, il a quatre ans de cela, leur maison a pris feu, il a longtemps cru que c'était un accident mais sa fille l'a persuadé du contraire et l'a convaincu de trouver un poste moins à rien. (+) depuis maintenant quatre ans, il est professeur de défense contre les forces du mal, il est d'ailleurs très mauvais à cela. il n'a aucune patience avec ses élèves, il est rude, malpoli. cependant, il les motive, les pousse à bout pour qu'ils donnent de leur mieux, certains le comprennent, d'autres non. (+) il n'a jamais refais officiellement sa vie avec le départ d'ella, se sentant coupable d'en aimer d'autres, il se sent désormais maintenant prêt à tourner la page (+) il est un ami de longue date avec alger alrige et est même le parrain de sa fille, melisandre, qu'il connait depuis sa naissance.
marcus & adaline ≈ meant to be together ; Tout avait disparu, elle avança vers ce qui était auparavant sa chambre, elle éternua devant tant de cendres. Un tas de cendres, c’était tout ce qui restait de ce qui avait été leur maison, leur demeure pendant tellement d’années. Adaline avait grandi entre ses murs, fait ses premiers pas, elle y avait passé tous ses étés, c’était sur le pas de la porte que sa lettre était arrivée, lorsqu’elle avait atteint l’âge de quatorze ans.  Ses doigts touchèrent la seule chose encore debout, la cheminée qui étrangement, avait résisté au feu. Le salon était sans dessus dessous, il était même difficile d’imaginer qu’une famille avait passé tant de nuits d’hiver, assise sur ce fauteuil qui avait lui aussi disparu. Ils avaient pris tous leurs repas ici, sans exception. C’est près de la cheminée qu’ils disposaient leurs cadeaux de Noel et que même à l’âge de quinze ans, Adaline prétendait être surprise comme si tout ce qu’elle avait eu était arrivé comme par magie. Difficile de concevoir tous les éclats de rire, toutes les séances de combats imaginaires, tout ce qu’il s’était passé dans cette pièce. Elle jeta un coup d’oeil sur le fauteuil vert de son père, qui était devenu poussière. Elle arriva dans ce qui était sa chambre, désormais un vulgaire rectangle de quelques mètres carrés. Un bruit étrange crissa lorsqu’elle posa le pied à l’intérieur. Un cadre, un cadre dont le bois avait été rongé par les flammes et la photo mouvait difficilement à l’intérieur. Elle le pris, entre ses doigts, la vitre noircie ne permettait pas de voir ce qu’elle retenait. Elle fit un rapide tour de sa chambre, ses yeux se posèrent sur le cadre de son lit, dont il restait des dépris. Mais la couverture tricotée, rapiécée, aux couleurs d’automne avait disparu. Elle avait dormi dans ce lit, depuis sa naissance, pendant les dix huit dernières années. Bien qu’il soit trop petit pour elle, bien que même avec plusieurs épaisseurs, elle grelotait toujours dedans. Ses jouets de petite fille, cachés dans le haut de son armoire, parce qu’elle en avait honte avait eu aussi disparu.  Elle ne trouva pas la force de pleurer, devant tous ses livres déchirés, devant sa porte abattue, devant toute cette violence devant ses yeux. « Lumos. » murmura t-elle du bout des lèvres, alors qu’elle s’enfonçait dans la maison. Elle passa sans se retourner devant la cuisine démolie, où elle avait dérobé tant de fois de la nourriture après le repas. Elle ne cherchait qu’une chose, qu’un endroit précis. Adaline courait presque dans le couloir maintenant invisible. Elle arriva devant cette porte, qui lui était restée fermée depuis dans d’années. Elle la poussa, doucement, mais cette dernière tomba lourdement contre le sol, faisant valser tout un tas de poussière qui empêcha la jeune fille de bien voir. Lorsque le nuage de fumée se dissipa, Adaline avança timidement dans la pièce. Elle senti une étrange sensation envahir tout son corps, celle de l’interdit. Pendant des années, Marcus Rowan avait fermé à sa fille l’accès à son bureau, dans lequel il s’enfermait pendant des heures pour travailler. A chaque fois qu’elle essayait d’y pénétrer, son père avait ajouté un nouveau charme qui rendait impossible pour elle d’y entrer. Le feu avait détruit le sortilège. Mais à quoi bon ? Il n’y avait plus rien, plus que des tas de papiers devenus bruns par le feu, des dossiers, une chaise en bois détruite. Une larme non voulue s’échappa de son oeil pour couler le long de sa joue, mais pas assez longtemps pour tomber sur le sol. Adaline l’essuya avant. Elle sorti en trombe du bureau et de la maison, elle pris une grande bouffée d’air frais une fois de hors. Lorsqu’elle se retourna, elle le vit, les épaules abaissées et les yeux emplis de l’arme. Il était resté statique, depuis qu’ils avaient été avertis de l’incendie, incapable de bouger, les yeux rivés sur les ruines de ce qu’il avait construits, des années de ça. « Papa. » avança t-elle, une main vers son père qui avait toujours le regard fixé ailleurs. « La prochaine fois il faudra que je meurs pour que tu te rendes compte qu’il est temps d’arrêter ? » Cette fois-ci, son père daigna bouger, il l’observa, même si elle se demandait s’il la regardait vraiment. « Tu dis n’importe.. » avant même qu’il ne puisse finir sa phrase, sa fille s’avança vers lui. « Si tu n’es pas capable de voir que tout a pris feu parce que quelqu’un l’a voulu, je ne sais pas quoi faire pour toi. » Tout avait disparu, tout était parti en fumée, Adaline savait que quelqu’un ce n’était pas un accident.

◊ ◊ ◊ 

Adaline est l'unique fille de Marcus et malgré tous leurs différents, tout ce qui les sépare, il reste son père. Ce sont deux entités, deux êtres imprévisibles. Ils sont souvent en désaccord sur beaucoup de choses mais passent rarement un jour sans se voir. A sa naissance, Marcus avait peur qu'Adaline ressemble trop à sa mère, qui l'avait quitté. En réalité, c'est à lui qu'elle ressemble. Elle est aussi bornée que lui, mais elle est aussi créative et passionnée comme Marcus peut l'être. Ils se disputent, s'évitent parfois, Adaline regrette que son père ne soit pas plus aimable avec ses élèves, qu'il arrête d'être en retard et se montre plus intéressé par ce qu'il fait. Au fond d'elle, elle l'admire énormément, ce grand sorcier qui l'a élevé tout seul. De son côté, il ne remercia jamais assez le ciel pour lui avoir donné Adaline, la seule femme qui ne l'a jamais quitté. Ces derniers temps, elle commence à ressembler de plus en plus à son père, à envoyer valser les responsabilités, à l'éviter, ce qui effraie énormément Marcus. Il ne peut rien lui dire, car dès qu'elle s'énerve, il part au quart de tour. Ils se ressemblent beaucoup trop pour pouvoir communiquer.

©SECTUMSEMPRA






Dernière édition par Adaline Rowan le Ven 4 Sep - 13:15, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
ravenclaw house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 78
⊱ PSEUDO : verlaine (jules)
⊱ CRÉDITS : crick (ava) little wolf (signa)
⊱ AVATAR : lily collins
⊱ COMPTES : none.
⊱ ÂGE : vingt trois ans, déjà.
⊱ STATUT CIVIL : le seul homme dans sa vie est son père, elle ne n'a pas assez confiance pour donner de l'importance à un autre.
⊱ SANG SORCIER : sang mêlée, les rowan n'ont jamais porté d'importance au sang, adaline considère cette mixité comme son héritage.
⊱ SCOLARITÉ : dixième année, spécialisée dans la zoologie, dans le but de travailler dans la rechercher d'espèces disparues.
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : poursuiveuse pour l'équipe de quidditch de serdaigle.

MessageSujet: Re: (M/L) COSTER-WALDAU ≈ hear me roar Mar 25 Aoû - 14:44

ça arrive, patience I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(M/L) COSTER-WALDAU ≈ hear me roar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» (M/L) COSTER-WALDAU ≈ hear me roar
» (M/LIBRE) NIKOLAJ COSTER-WALDEAU ∞ i'll sing it one last time for you
» hear me roar, darcy.
» acti culturelles à l'ulb
» MAC ALLURING AQUATIC Collection (Mai 2014)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sectumsempra :: 
découvrir la magie et apprendre à la maîtriser
 :: les sorciers recherchés
-
élèves attendus :
potions
sortilèges
langues étrangères
métamorphose
occlumancie

scénarios recherchés :