Partagez| .

we feel brave enough to say things we’d never say in the light. (t)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
slytherin house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 252
⊱ PSEUDO : red stars. ; backwards (eve)
⊱ CRÉDITS : (av) amortentia, mon bb momo.
⊱ AVATAR : cara delevingne.
⊱ COMPTES : freya.

⊱ ÂGE : dix-neuf ans.
⊱ STATUT CIVIL : en relation libre avec sa meilleure amie, elle n'est vôtre qu'une journée avant de s'envoler.
⊱ SANG SORCIER : un sang pur qu'elle souille de bien des façons.
⊱ SCOLARITÉ : élève de cinquième année.
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : attrapeuse dans l'équipe de serpentard, elle est aussi membre du club de chasse.
⊱ BAGUETTE : sa baguette est faite en bois de saule, signe de malice, avec en son coeur un morceau de corne de licorne. elle mesure vingt-trois centimètres et est prédisposée à la métamorphose.
⊱ PATRONUS : un caméléon.
⊱ DON MAGIQUE : métamorphomage, elle est tout le monde et personne à la fois.

MessageSujet: we feel brave enough to say things we’d never say in the light. (t) Jeu 27 Aoû - 23:02


we feel brave enough to say things we’d never say in the light.

We forget that the blackness is not a blanket;
we forget that the sun will soon rise.
l'horloge. c'est le mot qu'elle griffonne de son écriture enfantine sur un morceau de parchemin, c'est quelques lettres assemblées qui forment ni un code, ni un secret. c'est là ou ils se retrouvent en cachette pour ressouder leurs cœurs émiettés. elle sort sa baguette, ensorcelle le message d'un sortilège primaire et le regarde s'envoler loin dans les couloirs en espérant que tobias l'aura, tobias le trouvera, et tobias viendra la serrer dans ses bras.
parce qu'elle a froid, ce soir.
sa mémoire ne fait pas tout, son don ne fait pas tout, son sourire ne fait pas tout et parfois, le soir, alors qu'elle se laisse tomber sur le lit, c'est trop. les murs tombent en ruines dans sa tête et elle perd le compte des secondes et elle oublie quel jour c'est et tout va de travers et elle a juste envie que ça s'arrête pour de bon. elle voit le garde-fou qui vacille et même sarah, dans ces rares moments, ne peut la déloger de son envie de sombrer dans l'abîme.
elle ne veut pas avoir mal, elle veut juste rester dans son lit, sans dormir, à regarder le plafond. elle veut entendre les heures passer et leur dire, je m'en fiche, je m'en fiche, j'ai arrêté de compter. elle veut laisser ses cheveux changer de couleur à volonté, laisser son visage prendre les airs qu'il désire sans jamais faire attention à ce foutu sourire. elle veut apercevoir la goût, l'odeur, le son de ses pensées qu'elle met pourtant tant de temps à effacer. elle veut arrêter de voir des murs, de faire des murs, elle veut juste les casser.
des fois, jade veut que ça s'arrête.

mais ses parents lui ont dit que si elle ne contrôle pas son don, elle ne pourra plus étudier. ils ont dit qu'ils lui feraient des cours à la maison et qu'elle reprendrait les entraînements avec maxon une fois par jour. ils lui ont dit, si tu laisses tomber ta garde, les changements seront pressants, importants, délicieux, tu recommenceras encore et encore et tu te perdras. elle n'est pas sûre que ce ne soit déjà fait, jade, mais elle ne veut pas essayer. elle a trop peur de ce que cela pourrait donner.
alors elle appelle tobias.
c'est son frère, son jumeau, sa moitié. ils ont été séparés et elle a eu le cœur brisé mais maintenant, ça va, elle lui a promis que ça irait et qu'ils seraient toujours jumeaux et la douleur est moins forte, maintenant, de ne plus être tout le temps avec lui. puis ce n'est pas vraiment la réalité; elle passe le plus clair de son temps fourrée avec lui et sarah.
elle jongle entre la salle commune des poufsouffles et celle des gryffondors, quand bien même ils hurlent de la voir arriver. les élèves lui lancent des regards noirs mélangés à un certain respect; c'est vrai qu'ils sont braves mais elle n'a jamais l'un d'entre eux dans les cachots. alors ils ont fini par comprendre qu'elle n'arrêterait pas, qu'ils changent le mot de passe ou non, qu'ils enlèvent des points ou non. qu'importe la coupe si le prix est tobias. c'est la seule chose dont elle ne se séparera jamais, jade. même sarah, elle la donnerait contre la vie de tobias s'il fallait.
parce que sans tobias, il n'y a pas de jade, c'est aussi simple que cela.

« t'en as mis, du temps. » elle souffle quand il arrive enfin. mais elle ne lui laisse pas le temps de respirer qu'elle vient entourer son torse de ses bras pour se presser contre lui, désireuse de redevenir sa petite soeur, rien que sa petite soeur, qu'il consolait quand la peur du noir la dévorait toute entière. « ça recommence. » elle glisse à son oreille. elle n'a pas besoin de lui dire quoi, il sait, il sait toujours tobias. « mais la prof d'occlumencie a plus ou moins accepté de m'aider. un peu. et aux prochaines vacances, je multiplie par deux les séances avec maxon. », jade murmure tout bas. elle lui raconte chaque détail, à son jumeau, pas de secret, pas de barrière, pas d'omission. elle a des secrets pour tout le monde, jade, mais pas pour sarah et définitivement pas pour tobias. elle n'y arrive pas, avec lui. et ça ne sert strictement à rien; il sait quand elle oublie de dire la vérité, quand elle chuchote des choses que tout le monde approuve. mais lui il soupire et il secoue la tête parce qu'il sait que c'est faux.
toujours.


i promise myself then, in that moment, that i will hold him forever, just like this, until all the pain and torture and suffering is gone, until he's given a chance to live the kind of life where no one can wound him this deeply ever again.  w/ tahereh mafi.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
gryffindor house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 55
⊱ PSEUDO : Absiinte / Cloé
⊱ CRÉDITS : Endless Love.
⊱ AVATAR : Sam Claflin
⊱ COMPTES : One and only.

MessageSujet: Re: we feel brave enough to say things we’d never say in the light. (t) Ven 4 Sep - 19:27

we feel brave enough to say things we’d never say in the light
Strike the match, strike the match now
We're a perfect match, perfect somehow
We were meant for one another
Come a little closer





Le papier a depuis longtemps été broyé dans sa main impatiente. Il a à peine ouvert le message qu’il a su, immédiatement. Les mots tracés rapidement avec la rondeur enfantine, les jolis boucles qui partent un peu sur la droite. L’écriture de Jade. Un seul mot. Un seul soupir. Elle sait pertinemment qu’il sera là. Parce que les Lestrange ne sont jamais seuls. Ils ont l’autre, toujours. Rassurant dans un monde de solitude, où l’on se regarde à peine dans les yeux, où Tobias croise tous ces regards qu’il ne connaît même pas. Il est de ceux dont on sait le nom mais lui, non. Il leur parle comme s’il les connaissait depuis toujours. Mais en fait, tous ces visages, ils passent sans qu’il ne sache rien d’eux. Il leur sourit, leur fait croire pendant un instant qu’ils sont importants, qu’ils ont trouvé grâce à ces yeux. Mensonges. Tobias croise, étoile filante, éclaire pendant une fraction de seconde avant de se consumer tout aussi facilement. Bref flash et l’obscurité. Parce que dans son esprit, il n’a pas d’importance, le gosse Lestrange. Il suit son chemin en croquant dans la vie à pleine dent, en vivant tout à fond mais aussi pour disparaître aussitôt, persuadé qu’on ne peut pas le voir. L’invisible tangue, louvoie, percute et repart. Mais au milieu de tout ça, il y a Jade. Elle, elle le voit vraiment. Elle sait qui il est et elle l’aime comme il est. Elle aime ces multiples défauts, ses maigres qualités. Elle prend le lot complet et elle fait avec. Elle est comme ça. Les jumeaux Lestrange sont une paire de bizarreries ambulantes, soudés. Si Tobias est le feu, elle est l’essence qui fait tout exploser. Avec elle, tout a un goût inédit d’inattendu. Avec lui, elle goûte au cocktail détonnant de la vie à l’état pur. Ça fait un effet molotov et tout pète. Ils aiment ça.
« t'en as mis, du temps. » Le reproche dans sa voix n’a aucune substance lorsqu’elle vient se serrer contre lui d’une force à expulser tout l’air de ses poumons. Elle vient caler sa tête tout contre sa poitrine et il l’entoure de ses bras. Elle explique mais il a déjà tout deviné, Tobias. Les demi-mots fonctionnent bien entre eux. Pas besoin de grands discours, ils savent tout. Elle sait quand il a peur, qu’il hurle dans ses cauchemars et se réveille en sueur. Il sait quand elle perd le contrôle, que ses murs tombent et que ses cheveux changent de couleur. Elle se contrôle sans cesse mais parfois elle se laisse aller. Parfois il n’y a plus vraiment d’issue. Il admire cette faculté a toujours posséder ses sentiments, à ne rien laisser fuiter. Il en est incapable. Chez lui, ça déborde de partout. Il exprime parfois trop, il explose, il implose, il meurt, il vit. A fond. Pas de demi-mesure. Il s’agit de tout prendre comme ça vient et de se laisser percuter. Elle, elle ne peut pas faire ça. Une façon de lui prouver que tout ce qu’elle ne peut pas laisser échapper, c’est lui qui prend tout. Ce qu’elle ne peut pas s’autoriser à ressentir, il le fait pour elle. Ça fait un mal de chien, mais ça vaut le coup. Vivre par procuration ce qu’on ne peut partager, n’est-ce pas ça être lié pour toujours ? Par le sang, par la gémellité.
« C’est bien que tu ais été demander de l’aide. J’aime pas savoir que tu es toute seule pour ça. Moi je suis inutile… » Il se tait, serre les dents. Il a souvent l’impression de ne servir à rien, lorsqu’elle cauchemarde. De ne pouvoir rien faire sinon lui dire qu’il est là. C’est pas assez. Pour lui en tout cas, pas assez. Il voudrait soulever la lune pour que le monde aille comme elle le veut. Mais il ne peut pas. Ça l’énerve. « Maxon va encore te voir plus que moi, je vais finir par être jaloux » Il rigole un peu, ça vibre bizarrement dans sa poitrine, cette amertume de ne rien pouvoir faire de plus. Il tourne la tête pour regarder la fameuse horloge, leur point de rendez-vous. Quand ils s’échappent tous les deux, ils viennent ici. Pour se retrouver un peu, se promettre qu’ils sont encore là. Poudlard peut vite être grand et se croiser peut devenir compliqué. Ici, c’est paisible. La petite aiguille, elle tourne lentement, toujours au même rythme. Poursuivi par les deux autres qui finissent par se faire doubler. Il y a une certaine sérénité dans cette assurance du temps qui passe au même rythme tous les jours. Sa main vient machinalement attraper celle de sa jumelle. La sienne est plus grande, elle enveloppe entièrement celle de la jeune fille. Sur celle du gryffondor, on peut deviner une mince cicatrice, souvenir d’enfance d’un secret partagé. L’enfance, qu’elle est loin maintenant. Evaporé dans les volutes du château qui a tenu à les séparer. Il déteste cette distance. « ça devient de plus en plus compliqué de s’enfuir du dortoir. Le concierge m’a repéré tout à l’heure je crois. Il m’a pas à la bonne depuis que j’ai fait péter une bombabouse dans son bureau » Tobias ricane doucement. Il l’avait cherché, aussi. Lui confisquer son balai alors qu’il voulait juste se dépêcher d’arriver à l’entraînement de quidditch. N’importe quoi. Il lui avait fait comprendre le fond de sa pensée. Il la lâche et vient s’adosser contre l’horloge, sent les rouages qui tournent, un peu rouillés à l’intérieur. « Mais bon, depuis le temps, je pense qu’ils doivent avoir l’habitude de nous voir parcourir les couloirs pour se retrouver. Ils seraient bien incapables de nous en empêcher » Un sourire complice. L’horloge qui égrène ses minutes. Si seulement elle pouvait se taire, que tout s’arrête pendant quelque temps, profiter de ce qu’ils ont sans se préoccuper de ces foutues heures qui filent comme le sable entre les doigts. Rageant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

we feel brave enough to say things we’d never say in the light. (t)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Orange Spice and all things nice
» 10 Things I Hate About You
» All things O'Natural
» ~ i feel like my life is flashing by and all i can do is watch and cry
» petit craquage mais bien ciblé !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sectumsempra :: 
l'école de sorcellerie de grande-bretagne
 :: le parc du château :: l'horloge de l'école
-
élèves attendus :
potions
sortilèges
langues étrangères
métamorphose
occlumancie

scénarios recherchés :