Partagez| .

Parlons français ( Proserpine )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
gryffindor house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 309
⊱ PSEUDO : Greyguizmo
⊱ CRÉDITS : @ Kettricken & Tumblr
⊱ AVATAR : Alexander Ludwig
⊱ COMPTES : //
⊱ ÂGE : Vingt ans
⊱ STATUT CIVIL : ...
⊱ SANG SORCIER : Son ascendance est pure, autant par son père que par sa mère
⊱ SCOLARITÉ : Septième année, en justice magique. Maison de Gryffondor
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : Duelliste émérite & Poursuiveur pour l'équipe de Quidditch de Gryffondor
⊱ BAGUETTE : En bois de cerisier rigide d'une longueur de 27,9 cm contenant un croc de dragon. Elle est prédisposée pour aux sorts informulés
⊱ PATRONUS : Un tigre impressionnant

MessageSujet: Parlons français ( Proserpine ) Sam 29 Aoû - 21:03

La rentrée venait de commencer avec son lot d’avantages et de désavantages. Lucas appréciait Poudlard, même si certaines choses le dérangeait fortement comme le règlement et certaines de ses obligations. Heureusement il avait pu profiter des vacances en famille. Le jeune Weasley avait rendu visite à sa famille française, avant de terminer l’été avec ses cousins à jouer au Quidditch ou plus simplement à préparer les bêtises de l’année à venir. Un emploi du temps chargé et intéressant. Et puis ses parents l’avaient convaincu de réviser quelques cours, et rattraper son retard dans certaines matières ; sur ce dernier point, Alyx s’était montré une tutrice compétente. De son côté, dans son rôle de tuteur, Lucas était plutôt mauvais mais il fallait avouer que son élève y mettait beaucoup de mauvaises volontés. Toute l’année, le sorcier avait dû lutter pour faire venir Proserpine et obtenir un peu de son attention. Il avait profité de ces cours privés pour lancer quelques boutades en français à son égard. Un prêté pour un rendu au vue de sa mauvaise volonté évidente. Et pourtant, Lucas aurait aimé pouvoir réellement l’aider. Malheureusement le français était sa langue maternelle, et il n’avait jamais eu à l’apprendre comme d’autres. Sa mère avait mis un point d’honneur à utiliser autant l’anglais que cette langue au quotidien, du coup il était bilingue avant même de savoir parler. Un détail important, car il est plus difficile de transmettre quelque chose d’inné qu’une chose apprise.

Ce jour-là, Elya sa chouette lapone avait réveillé Lucas comme d’habitude. C’était la routine du début d’année, pour permettre au jeune Weasley de reprendre son rythme de cours. Il avait préparé ses affaires pour assister à ses cours de la matinée, ainsi que quelques notes demandées à sa mère pour aider Proserpine. Puisqu’il avait accepté de l’aider pour rendre service à un professeur, autant tenter de le faire bien et sérieusement. Autant dire que Audrey avait été surprise de voir son fils débarquée dans son bureau pour lui demander de l’aide à ce sujet. Son sourire en avait dit plus long qu’un quelconque discours de sa part sur son amusement à cet instant. Un haussement d’épaule et un grognement avaient été les premières réactions du jeune homme. La matinée fila rapidement. Des rappels pour la plupart, et une vérification du niveau de chacun pour que les professeurs sachent où reprendre et sur quel sujet insister pour commencer. Lucas s’en était sorti haut la main pour l’instant, mais il avait commencé par ses matières préférées. La fin de matinée approcha rapidement, et comme convenu avant les vacances, Lucas partit en direction de la bibliothèque pour y retrouver son élève forcé. Assis à une table, il mit sur le dessus les notes de sa mère et attendit patiemment. Finalement elle pénétra dans les lieux, et il se redressa.


_ « Bonjour Mademoiselle Pilliwickle »

Lucas avait parlé en français, suivant le premier conseil de sa mère. Elle lui avait dit de parler constamment en français pour aider à la compréhension plus rapidement, et parce que l’immersion était la méthode la plus importante. Le blond sourit simplement à son élève, amusé. Le Gryffondor lui serra simplement la main, ils restaient des élèves malgré son formalisme dans sa prise de parole. Il se rassit, et lui tendit quelques feuilles avec des notes pour les cours à venir et certains de l’année précédente. Lucas reprit la parole, en anglais cette fois.

_ « Comment vas-tu ? Juste pour t’annoncer, j’ai demandé des conseils à ma mère et je vais parler plus souvent français à présent. » Il sourit simplement, et ajouta plus bas. « Et cette fois pas seulement pour m’amuser. »

Lucas joua les innocents, et se concentra sur ses notes tout simplement. Malgré les conseils de sa mère, il resta sur le même schéma. Proserpine devait lui dire sur quoi elle voulait travailler, et où était ses difficultés avant d’attaquer leur cours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phoenixrising.forumactif.org/t206-lucas-weasley
avatar
hufflepuff house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 156
⊱ PSEUDO : heilwidis
⊱ CRÉDITS : (av) BADASS BEARD. (gifs) tumblr + heilwidis (sign) anaëlle.
⊱ AVATAR : la belle Saoirse Ronan
⊱ COMPTES : nous sommes seuls

⊱ ÂGE : une rose ou un pissenlit, selon les personnes qui m’entourent, de vingt-et-un ans, profitant encore de la rosée du matin et des gelées du soir
⊱ STATUT CIVIL : un petit oiseau a qui on ne coupera sans doute les ailes, une célibataire totalement réfractaire à un quelconque engagement et attachement
⊱ SANG SORCIER : sang mêlé, moldue dans l'âme, sorcière dans l'esprit
⊱ SCOLARITÉ : huitième année de soins magiques, le rêve se concrétise
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : soprano peu douée à la chorale, cherchant encore sa place dans ce club
⊱ BAGUETTE : vingt-six centimètres et trente millimètre, bois de vigne, poil de Centaure
⊱ PATRONUS : un gigantesque lion de plus d'un mètre
⊱ DON MAGIQUE : double personnalité, un animagi, une jument blanche

MessageSujet: Re: Parlons français ( Proserpine ) Dim 30 Aoû - 0:05

parlons français

« Miss Pilliwickle ? » Je levai les yeux de ma feuille. J’avais les bras croisés sur la table, attendant patiemment que la fin du cours se passe sans que l’on me dérange. Évidemment, on ne manqua pas de briser mes plans. Je soupirai un peu. « Oui ? » J’entendis des ricanements autour de moi. Ce n’était pas la première fois que l’on m’interrogeait aujourd’hui, à croire que certains prenaient un malin plaisir en me ridiculisant à m’entendre bredouiller quelques mots en français. « Peut-être pouvez-vous nous conjuguer le verbe être au présent, pour nous rafraichir la mémoire ? » Ma voisine couina. Je réfléchis rapidement avant de murmurer quelques mots. Me mettre au premier rang était la meilleure des solutions pour me hurler mes fausses réponses de l’autre bout de la classe, laissant aux autres le loisir de se moquer de ma bêtise. « Je vois que la remise à niveau a servi à quelque chose. Cinq points pour Poufsouffle. Reprenons. »

❃❃❃

Le cours passa à une lenteur affolante, irréelle. J’avais même la désagréable impression que l’on s’amusait avec le temps pour me voir lutter contre le sommeil qui m’envahissait. J’étais fatiguée de mon escapade nocturne, à tel point que ma voisine me donnait sans cesse des coups de coude pour me tenir éveiller, pour ne pas pénaliser notre maison. Je me levai avec une lenteur presque fantomatique. Savoir que ma journée n’était pas terminée me donner envie prendre mes jambes à mon cou et de me cacher dans la Salle sur Demande où personne ne me trouverait. Je rangeai ma plume ainsi que mon parchemin pour suivre mes camarades. « Miss Pilliwickle ? » Un nouveau soupire. Que me voulait-il encore ? « Oui, professeur ? » Il s’approcha de moi, les mains dans le dos. « Est-ce que tout se passe bien avec monsieur Weasley ? » Ce faux-Weasley comme je l’avais toujours appelé, dans son dos bien entendu. Pourquoi n’était-il pas roux comme tous les autres, d’abord ? « Si je vous dis que non, vous allez m'obliger à continuer d’y aller ? – elle hocha la tête – Bon… disons qu’il est gentil de m’accorder un peu de son temps. » Je bredouillai. « Vous n’avez pas oublié que vous aviez soutient avec lui ce soir ? » Je secouai la tête. Je ne lui laissai pas le temps de répondre que je quittai la classe comme une voleuse, d’un pas rapide. Je pris les escaliers fous pour descendre d’un étage pour aller jusque la bibliothèque alors que les autres prenaient le chemin de la Salle Commune pour attendre l’heure du repas. Je fis la moue en passant le pallier du quatrième étage. Mon sac dansait à côté de moi pendant que je marmonnais quelques mots. Peut-être que je pourrais faire semblant d’être malade ? C’était une solution à laquelle je n’avais jamais pensé,  elle pourrait me dispenser de quelques-uns de ses cours particuliers ? Il me suffisait d’être attentive pendant admettons quinze minutes avant de courir vers la liberté. Je poussai la porte de la bibliothèque dans le plus grand silence avant de chercher le blond des yeux. Assis à une table, il m’attendait patiemment, Lucas se redressa en me voyant et se leva pour me serrer la main. Pourquoi était-il aussi formel dans ce qu’il faisait ? Il s’adressa à moi d’abord en français, un simple bonjour. Je lui répondis d’un sourire avant de m’installer en face de lui. « Comment vas-tu ? – de l’anglais, Dieu merci – Juste pour t’annoncer, j’ai demandé des conseils à ma mère et je vais parler plus souvent français à présent. » Il sourit simplement, et ajouta plus bas. « Et cette fois pas seulement pour m’amuser. » Je levai les yeux au ciel. Qu’il était exaspérant, je n’avais jamais vu ça. Pendant une année entière, il avait passé son temps à se moquer de moi, riant à ses propres blagues françaises que je ne comprenais pas. D’un geste, je sortis mon cour de l’heure précédente pour lui tendre. « Nous avons revu les conjugaisons au présent du premier et deuxième groupe. On a aussi commencé les accords. Peut-être qu’on peut prendre un peu d’avance et travailler les verbes du troisième groupe, tu en penses quoi ? » Je posai mes coudes sur la table en le regardant. « Mais peut-être qu'avant tu devrais te détendre, me demander comment se sont passés mes vacances pour que je te retourne ensuite la question, tu en penses quoi ? » Je lui souris un peu. Il n'était pas méchant comme je n'étais pas cette agaçante Poufsouffle qui se fichait de tout, il était juste trop sérieux à mes yeux. Peut-être était-ce ses études qui lui demandait d'être comme il était ? Je n'en savais rien, je ne m'étais jamais intéressée à son cursus « Écoute, je n'ai plus envie de me battre contre toi, de toute façon, on sait pertinemment que monsieur aura le dernier mot puisque je ne comprends rien à ce que tu dis. Donc, je ferai un effort seulement si tu en fais un. Je ne te dis pas que j'y mettrai la meilleure volonté du monde mais je veux bien essayer. » J'étais prise dans le filet du Diable de mes mensonges. J'avais abandonné depuis longtemps de comprendre quoi que se soit et j'avais un niveau digne d'un premier année et les conseils de Lucas, aussi bons soient-ils, ne m’apportaient rien. J'étais certes passé d'un Troll à un Piètre mais le progrès s'arrêterait sans doute à cette note. Si j'avais réellement voulu de l'aide, j'aurais surement demandé à mon père et non pas à un autre élève, plus jeune que moi, qui plus est.


Dernière édition par Proserpine Pilliwickle le Jeu 24 Sep - 11:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phoenixrising.forumactif.org/t152-fairy-tales-are-not-fou
avatar
gryffindor house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 309
⊱ PSEUDO : Greyguizmo
⊱ CRÉDITS : @ Kettricken & Tumblr
⊱ AVATAR : Alexander Ludwig
⊱ COMPTES : //
⊱ ÂGE : Vingt ans
⊱ STATUT CIVIL : ...
⊱ SANG SORCIER : Son ascendance est pure, autant par son père que par sa mère
⊱ SCOLARITÉ : Septième année, en justice magique. Maison de Gryffondor
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : Duelliste émérite & Poursuiveur pour l'équipe de Quidditch de Gryffondor
⊱ BAGUETTE : En bois de cerisier rigide d'une longueur de 27,9 cm contenant un croc de dragon. Elle est prédisposée pour aux sorts informulés
⊱ PATRONUS : Un tigre impressionnant

MessageSujet: Re: Parlons français ( Proserpine ) Lun 31 Aoû - 13:00

Lucas attendait patiemment Proserpine, en tout cas il tentait de se montrer patient. Il était arrivé un peu plus tôt, par simple envie d’en finir au plus vite. Le jeune Weasley avait accepté d’aider le professeur, après que son père ait plaidé cette cause auprès de lui devant sa mère. Si le blond était capable de dire non à son père, il était plus difficile de résister à sa mère qui savait comment présenter les choses. La discussion avait vite dérivé sur les origines de la famille Desroses, et sur le sentiment qu’éprouvait Lucas vis-à-vis de ses grands-parents maternels. Bref de quoi faire céder le jeune homme, pour éviter de transformer cette demande en crise. Même si il avait cédé, le tuteur imposé avait simplement dit à son père qu’il lui était redevable. C’est à reculons qu’il se rendait donc depuis presque un an à ces cours de français, un sentiment partagé par son élève d’ailleurs. Le seul point positif était les moqueries qu’il ne manquait pas de lancer profitant du manque de compréhension de Proserpine. Cette année, Lucas abordait ses cours différemment et avait même pris des conseils auprès de sa mère pour tenter d’en finir au plus vite. Si elle comblait son retard, ces heures de formations pourraient sauter et chacun reprendrait sa route tout simplement. En tout cas, pour le moment, le professeur de la demoiselle s’inquiétait du manque de progrès de la demoiselle. Le Gryffondor avait été suffisamment sympathique, pour ne pas rejeter complètement la faute sur l’intéressée.

Lorsqu’elle pénétra dans la bibliothèque, pratiquement vide à cette heure, Lucas la salua en français avant d’annoncer la teneur des prochaines sessions en anglais. L’immersion totale était au programme. Un sourire s’afficha sur le visage du blond devant le soulagement évident de son interlocutrice lorsqu’il parla en anglais. Comme d’habitude, Proserpine sortit son cours et lui présenta ce qu’elle avait vu rapidement. Ses cours étaient incompréhensibles, et révélaient son propre manque de compréhension de cette langue. Lucas fit mine de réfléchir à la proposition de Proserpine, et finit par répondre simplement.


_ « D’accord. Va pour la détente. De toute manière, il me semble que nous avons une autre session avant ton prochain cours. » Il leva un doigt inquisiteur et ajouta. « Mais seulement si tu le fais en français. »

Une expression narquoise s’afficha malgré lui sur son visage. Il savait qu’elle rechignerait à cette proposition. Son intervention suivante fit sourire Lucas, et il ne répondit rien même si il n’en pensait pas moins. Finalement, après ces vacances, ils en étaient arrivés à la même conclusion. Tenter de rendre cette heure qu’aucun des deux ne souhaitait aussi agréable et efficace que possible. Faire contre mauvaise fortune bon cœur comme disait souvent sa mère dans ce genre de situation. Lucas tendit alors sa main en direction de Proserpine.

_ « Deal. Faisons un effort tous les deux. De mon côté, je te promets d’arrêter de me moquer et de profiter de ton manque de compréhension du français. » Il stoppa l’anglais à cet instant pour continuer en français. « Donc comment se sont passées tes vacances ? Comment vois-tu cette année ? »

Lucas ne comprenait pas pourquoi il était aussi sérieux pendant ces sessions, alors qu’il était plutôt du genre à rigoler et s’amuser même pendant les cours. Surtout quand ceux-ci ne l’intéressaient pas du tout. Peut-être était-ce l’attitude de Proserpine, ou les remontrances de son père au sujet des piètres résultats. De son point de vue, le jeune Weasley trouvait déjà très bien la progression de son élève. Finalement, après un soupir, Lucas finit par reprendre l’anglais. Autant pour fluidifier leur échange, que parce que la réponse en français serait probablement très laborieuse pour l’intéressée.

_ « Je me demandais un truc… Pourquoi avoir choisi le français si cette langue ne t’intéresse guère. Je n’ai pas eu le choix de mon côté, mais toi. C’est quand même étrange. »

Peut-être que sa réponse l’aiderait à comprendre certaines choses. Lucas ne voyait pas comment l’aider plus avant, et il ne se destinait pas à être professeur de son côté. Ses connaissances en français n’étaient pas parfaites, mais sa mère continuait de le reprendre et de maintenir son niveau pour qu’il ne perde pas cette partie de ses racines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phoenixrising.forumactif.org/t206-lucas-weasley
avatar
hufflepuff house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 156
⊱ PSEUDO : heilwidis
⊱ CRÉDITS : (av) BADASS BEARD. (gifs) tumblr + heilwidis (sign) anaëlle.
⊱ AVATAR : la belle Saoirse Ronan
⊱ COMPTES : nous sommes seuls

⊱ ÂGE : une rose ou un pissenlit, selon les personnes qui m’entourent, de vingt-et-un ans, profitant encore de la rosée du matin et des gelées du soir
⊱ STATUT CIVIL : un petit oiseau a qui on ne coupera sans doute les ailes, une célibataire totalement réfractaire à un quelconque engagement et attachement
⊱ SANG SORCIER : sang mêlé, moldue dans l'âme, sorcière dans l'esprit
⊱ SCOLARITÉ : huitième année de soins magiques, le rêve se concrétise
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : soprano peu douée à la chorale, cherchant encore sa place dans ce club
⊱ BAGUETTE : vingt-six centimètres et trente millimètre, bois de vigne, poil de Centaure
⊱ PATRONUS : un gigantesque lion de plus d'un mètre
⊱ DON MAGIQUE : double personnalité, un animagi, une jument blanche

MessageSujet: Re: Parlons français ( Proserpine ) Lun 31 Aoû - 22:12

parlons français

La bibliothèque était sans doute mon endroit préférée. J’y avais passé tellement de temps durant mon apprentissage que j’avais fini par me faire à ses lieux, à se calme qui m’avait tant apaisé lorsque je n’y croyais plus, que j’avais perdu toute la force que j’avais dans des exercices éprouvants physiquement comme mentalement. Cacher que je manquais d’un cruel manque de motivations pour la langue française ne serait pas étonnant pour quelques-uns alors que d’autres préférerait mettre ça sur le compte que mon manque d’intelligence, de ma maison, après nous, les blaireaux, étions ceux qui restaient, ces déchets sorciers que l’on ne savait pas où mettre, pas assez méchants pour être des serpents et pas assez courageux pour être des lions mais, au fond de moi, j’avais cette impression que nous étions toutes les maisons à la fois, des divergents qui n’avaient pas leur place chez les autres à causes de nos aptitudes ou de notre comportement.
Peut-être que si j’avais rencontré Lucas Weasley dans d’autres circonstances, je l’aurais apprécié – même si il restait à mes yeux un idiot joueur de Quidditch. Son comportement de l’année précédente m’avait agacé, blessé et plus que rabaissé. Comment ne pouvait-il pas se douter qu’un comportement comme le sien pouvait blesser ou affecter mon ressentit ou mon envie de faire un quelconque effort ? Quoi qu’il en soit, notre marché était des plus équitables – pour lui, j’avais d’autres plans pour échapper à ses sessions – et, d’un geste je lui serrai. « Deal. Faisons un effort tous les deux. De mon côté, je te promets d’arrêter de me moquer et de profiter de ton manque de compréhension du français. Donc comment se sont passées tes vacances ? Comment vois-tu cette année ? » Je réfléchis quelques instants pour ne pas répondre, en sachant que dire puisque mes vacances avait été monotones et sans intérêts, chose que je ne savais pas dire en français etq ue je n'osais avouer en anglais. Face à mon absence de réponse, il soupira. Quel cas désespérait je devais être pour lui. Pourquoi avoir choisi le français si cette langue ? La réponse était à la fois si simple et si compliquée. Je voulais que mes deux parents soient fiers de moi, simultanément alors mon père était plus facilement impressionnable, ma mère, elle, ne comprenait pas le monde dans lequel je vivais. « J’ai simplement voulu faire plaisir à mes parents, mon père parce qu’il adore ce pays, sans oublier qu'il parle presque aussi bien que toi cette langue, et ma mère parce que je voulais lui faire plaisir en faisant quelque chose de… normal. » Je n’avais pas fait ça pour mon père, j’étais déjà sa fierté, son petit ange, sa princesse alors que ma mère avait toujours eu cette appréhension, cette peur que je ne l’abandonne pour quelqu’un d’autre, qui me ressemblait plus alors que j’étais sans doute l’élève qui se comportait plus comme une moldu, préférant utiliser ses doigts pour soigner plutôt qu’un coup de baguette ou d’écrire à la plume mes devoirs. J’avais souffert de cette manie de vouloir me débrouiller seule mais j’avais fini par me rendre à l’évidence que même les pires insultes ne changeraient rien à ce que j’étais. Je cherchai dans mon esprit avant de déclarer dans un français approximatif : « Je suis allée chez grand-père, à Douvres. Pour… manger du poulet aux frites ? Toi ? » J’avais conscience que ma phrase n’avait que peu de chances, qu’elle devait donner envie de rire aux français qui, pourtant, raffolaient de l’accent britannique. En toute défense face à cette catastrophe, j’osais les épaules, les mains vers le ciel, le nez retroussé. Je fis la moue. « C’est ridicule, je sais mais… » Je ne savais comment finir ma phrase, comme lui avouer qu’il perdait son temps avec moi. « Quand on m’a dit que tu allais me donner des cours de soutient, j’ai appris que ta mère était française, tu vas souvent en France ? »  La meilleure solution était de le distraire, de lui poser des questions de tel façon qu’il ne pourrait répondre ni par oui, ni par non. Je grimaçais, préparant ma pseudo fuite pour l’infirmerie.


Dernière édition par Proserpine Pilliwickle le Jeu 24 Sep - 11:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phoenixrising.forumactif.org/t152-fairy-tales-are-not-fou
avatar
gryffindor house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 309
⊱ PSEUDO : Greyguizmo
⊱ CRÉDITS : @ Kettricken & Tumblr
⊱ AVATAR : Alexander Ludwig
⊱ COMPTES : //
⊱ ÂGE : Vingt ans
⊱ STATUT CIVIL : ...
⊱ SANG SORCIER : Son ascendance est pure, autant par son père que par sa mère
⊱ SCOLARITÉ : Septième année, en justice magique. Maison de Gryffondor
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : Duelliste émérite & Poursuiveur pour l'équipe de Quidditch de Gryffondor
⊱ BAGUETTE : En bois de cerisier rigide d'une longueur de 27,9 cm contenant un croc de dragon. Elle est prédisposée pour aux sorts informulés
⊱ PATRONUS : Un tigre impressionnant

MessageSujet: Re: Parlons français ( Proserpine ) Mar 1 Sep - 18:59

Finalement ce cours s’annonçait comme un simple moment de détente, et non un temps de révision très sérieux. De toute manière, Lucas se demandait l’utilité de tout ceci parfois. Au moins cette fois, ils parlaient honnêtement et c’est probablement de cette façon qu’ils auraient dû commencer. C’était la rentrée, et les vacances avaient été autant chargées en amusement qu’en travaux pour l’année à venir. L’un comme l’autre étaient dans des années importantes. Proserpine bien plus que Lucas. Le jeune Weasley alimenta donc la conversation, et posa quelques questions à Proserpine autant pour la connaître que pour se montrer honnête envers sa promesse de se montrer sérieux à présent. Le français semblait vraiment représenter une difficulté insurmontable pour elle, et le blond se dit que finalement il ne prenait peut-être pas le problème par le bon angle. Pour clarifier certaines choses, Lucas l’interrogea sur son choix concernant cette matière. Après tout, si cette langue la rebutait autant, pourquoi avait-elle choisi cette matière. On lui avait imposé cette langue, car c’était ses origines maternelles. A présent, il ne se posait même plus la question de savoir si il l’aimait ou non c’était ainsi. De toute manière, vu son niveau, c’était difficile de faire comme si il ne la connaissait pas. Le jeune homme était presque aussi bon que certains professeurs qu’il avait pu rencontrer.

Proserpine finit par répondre, et Lucas fut assez étonné par sa réponse. Finalement il pouvait comprendre ce sentiment. Même si il jouait un peu au rebelle vis-à-vis de ses parents, il souhaitait les voir être fier de lui malgré tout. A demi-mot, Lucas comprit qu’elle était un sang-mêlé. Un détail qui ne le gênait aucunement. Les Weasley n’accordaient aucune importance à ce genre, et seul le hasard de la vie et de l’amour avait maintenu la pureté de leur sang. Son éducation n’avait de toute manière pas été faite dans ce sens. Bien au contraire. Un hochement de tête confirma qu’il avait compris les circonstances, mais elle aurait pu tenter de demander à changer de cours. Ce n’était pas une chose aisée, mais cela valait le coup d’être tenté. Quoi que peut-être l’avait-elle déjà fait. Il ne voyait pas quoi répondre, et n’en eut pas le temps. Proserpine reprit la parole, et un sourire s’afficha sur le visage de Lucas. C’était un amusement sincère et non une moquerie de sa part. En observant son interlocutrice, le tuteur improvisé eut l’impression de se retrouver devant un animal en fuite pris dans les phares d’une voiture. Il soupira avant de répondre à sa question.


_ « Effectivement ma mère est française, et j’y vais souvent. En général, au moins une fois par an. Pendant les vacances ou les fêtes pour voir mes grands-parents. Je n’ai donc aucun mérite dans ma maîtrise. » Il marqua une pause et reprit en s’accoudant à la table. « Et n’essaie pas de t’enfuir ou de détourner mon attention. »

Il avait parlé en anglais pour être sûr d’être compris. Lucas l’observa un long moment, et se posa plusieurs questions sur la manière de l’aider. Le jeune Weasley tenta de se souvenir de la manière dont il approchait les matières quand il était plus jeune, et la manière dont sa mère lui avait appris le français et l’anglais. Finalement, il eut comme un éclair de génie et reprit la parole.

_ « Je ne sais pas si cela t’aidera, et peut-être que tu le fais déjà. Mais quand j’étais petit, ma mère me disait souvent de réfléchir à ma réponse dans la langue qui me paraissait la plus naturelle et de traduire ensuite dans celle que je souhaitais utiliser. Tu devrais essayer de faire pareil. » Il sortit un papier et une plume de son sac, et les tendit à Proserpine pour qu’elle essaye d’abord par écris. Il ajouta alors. « D’ailleurs je pense qu’il ne sert à rien de simplement tenter de réviser ou d’apprendre les cours déjà fait. A mon avis tu manques de vocabulaire principalement. On va peut-être commencer par ça. »

Lucas tenait son plan de match avec Proserpine. Peut-être se trompait-il totalement, mais il avait l’impression d’avoir compris ce qui clochait. Elle avait accumulé trop de retard, et se mélangeait probablement beaucoup dans les définitions et les significations. Le blond se dit qu’il serait plus simple de repartir de ses bases, et de les étoffer. Qu’elle commence déjà à comprendre et échanger en français, l’écris arriverait pas la suite. Puisqu’elle était prête à faire des efforts, et qu’il comptait l’aider au mieux, Lucas souhaitait tenter cette approche.

_ « Si cela te convient, on va repartir de presque zéro autant entre nous que pour la matière. On va revoir les bases et le vocabulaire, avant d’aller dans la grammaire et l’orthographe si tu es d’accord. On peut commencer par un livre simple, où je t’aiderais à traduire le sens des phrases. »

Lucas se redressa et attendit l’aval de Proserpine avant de partir en quête d’un livre propice à cet exercice. Il fallait quelque chose de simple, et même d’un sujet qu’elle connaissait parfaitement bien pour lui permettre de se sentir plus à l’aise et en comprendre le sens plus facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phoenixrising.forumactif.org/t206-lucas-weasley
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Parlons français ( Proserpine )

Revenir en haut Aller en bas

Parlons français ( Proserpine )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Les forces françaises en OPEX
» Les actualités de la Marine Française
» Shadow cabinet de François Bayrou
» Un soldat français de retour d'Afghanistan témoigne sur RTL
» Le nouveau livre de François Bayrou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sectumsempra :: 
l'école de sorcellerie de grande-bretagne
 :: le quatrième étage :: la bibliothèque
-
élèves attendus :
potions
sortilèges
langues étrangères
métamorphose
occlumancie

scénarios recherchés :