Partagez| .

how rare and beautiful it truly is that we exist ☆ herzel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
ravenclaw house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 386
⊱ PSEUDO : amortentia (morgane)
⊱ CRÉDITS : manon jet'aime et hestia d'amour que j'aime fort
⊱ AVATAR : sophie turner
⊱ COMPTES : melisandre la grognasse

⊱ ÂGE : dix-neuf ans d'impureté et de dégoût.
⊱ STATUT CIVIL : célibataire, l'âme vide
⊱ SANG SORCIER : sang mêlé
⊱ SCOLARITÉ : cinquième année
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : aucun, personne ne veut d'elle
⊱ BAGUETTE : sa baguette est faite en bois de pommier, avec pour coeur une écaille de sirène. elle mesure vingt centimètres et est prédisposée aux sortilèges défensifs.
⊱ PATRONUS : elle n'a jamais réussi à en produire un.

MessageSujet: how rare and beautiful it truly is that we exist ☆ herzel Lun 31 Aoû - 18:39


how rare and beautiful it truly is that we exist

how rare and beautiful it truly is that we exist.
Elle avait passé la journée assise dans cette bibliothèque. Ce samedi-là, le soleil était bien présent et Hazel avait travaillé sur ses devoirs et ceux à rendre pour ses bourreaux. La victime préférée de tout Poudlard était sur un petit nuage depuis certains temps. Elle ne mangeait que très rarement, avalant un bout de pain, l’oiseau picorait son assiette. Peu de personne remarquait son comportement plutôt lunaire et encore plus délicat. Mais ce qu’on put voir, c’est que quand l’horloge afficha les dix-huit heures et la fin de l’entraînement pour poufsouffle, la jeune-fille déposa ses livres sur son lit pour partir d’un pas rapide vers le stade. Sa cape sur elle, elle portait en dessus son uniforme avec une légère fierté, montrant son aigle avant fierté. Qu’il était jolie l’oiseau, quand son monde était doux et beau. Délicate petite gamine au sourire machiavélique rangé dans un tiroir.

Arrivé sur le stade vide, l’adolescente observe les hautes cages. Ces grandes tours où on se plaçait pour observer le match. Hazel ne venait jamais ici, elle avait bien trop peur. Trop peur du vide. Elle était de ces enfants aux vertiges bien trop puissants, bien trop fort. Elle n’observait donc jamais un match de la saison, se privant du délicieux plaisir et de la vision des hommes, volants comme des oiseaux dans le ciel à la poursuite des balles magiques. Et puis sa tête se relève pour observer une silhouette d’un habit jaune et noir. Un sourire brisa la barrière de ses lèvres et la gamine l’observe d’un œil attentif, fière, sa grande et majestueuse danse dans le ciel. Il était beau, il était fait pour ça. Un don du ciel, un cadeau des anges. Il était fait pour ce milieu sportif, que ce soit dans l’élégance de ces mouvements ou la vitalité de ses gestes. Ses mains applaudirent le garçon avec un petit sourire avant d’observer un geste de sa main. Il veut qu’elle monte, qu’elle le rejoigne. Indiquant de sa tête les placards à balai, la jeune fille l’ouvre avant de recevoir plusieurs balais sur la tête. Une fois ressortie indemne elle approche du terrain, sa cape toujours sur ses épaules et sa tresse bien droite. Son regard se pose sur le balai alors qu’elle baisse la tête, honteuse. Elle l’entend venir et elle relève la tête. « Bon…jour. »  Elle prend un temps immense à prononcer le mot sans bégayer, ni trembler. Elle sent ses joues devenir rouge et elle n’ose le regarder. « Je… ne..ne peux pas.  »  Elle veut se cacher. Disparaître pour ne plus qu’il voit son visage honteux. Il ne se doute pas de cette peur immense, et Hazel croit que le vertige est impossible à battre. Mais elle oublie, qu’elle se trouve au côté d’Hermès Malfoy. Celui qui a décroché son cœur dans les toilettes. Ce garçon dont elle est sûrement tombé amoureuse, comme de nombreuses filles. Elle ignore encore au jour d’aujourd’hui, qu’elle est son unique trésor. Son unique perle. « J'ai peur ...  »



    i wanna hide the truth, i wanna shelter you, but with the beast inside, there's nowhere we can hide. no matter what we breed, we still are made of greed, this is my kingdom come, this is my kingdom come.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hufflepuff house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 284
⊱ PSEUDO : j'ai trop de pseudo sur la toile, mais le dernier en date est "gasoline."
⊱ CRÉDITS : eylika. (avatar)
⊱ AVATAR : douglas booth.
⊱ COMPTES : sans double compte, un seul suffit largement pour le moment.
⊱ ÂGE : vingt cinq petites années au compteur, pourtant il se sent très vieux.
⊱ STATUT CIVIL : ce blond est quelqu'un de difficile, qui préfère passer d'une fille à une autre plutôt que de penser à une relation sérieuse. mais ça c'était avant qu'une jolie rousse décide de faire du ménage là-dedans.
⊱ SANG SORCIER : sang-pur dont il est fière, bien que d'après son père il ne mérite pas de porter ce rang.
⊱ SCOLARITÉ : élève en douzième année, pratique un cerf avec spécialisation dans les sciences occultes.
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : il participe au club de duel ainsi que celui d'astrologie.
⊱ BAGUETTE : le bois est celui d'un chêne blanc, preuve de son endurance, le coeur de sa baguette est une écaille de sirène. elle mesure entre vingt cinq et trente cinq centimètre, c'est une baguette rigide et obéissante, elle est prédisposée aux sortilèges informulés.
⊱ PATRONUS : une panthère.

MessageSujet: Re: how rare and beautiful it truly is that we exist ☆ herzel Lun 31 Aoû - 20:50

how rare and beautiful
it truly is that we exist.
Les yeux fermés, tu sentais le vent sifflé dans tes oreilles, et ça te rendait vivant autant que ce baiser avec hazel, même si ce n’était pas du tout les mêmes sensations. Mais ces deux choses comptaient dans ton bonheur personnel. Tu étais déjà dans les airs depuis que tu avais quitté ton lit ce matin, tu avais déjeuné en vitesse et avait couru jusqu’au terrain et d’enfourcher ton balai pour voler au-dessus des nuages. Tu faisais le tour du château, parfois tu prenais même place sur le toit et tu pouvais y passer une journée entière car tu étais à l’abri des regards et également des moqueries. Mais là-haut dans les nuages tu étais toi-même, le gamin malfoy qui avait toujours rêvé d’être un professionnel de quidditch, c’était ton but dans la vie jusqu’à ce que ton père réduise tes rêves à néant en t’en fabriquant d’autre de toute pièce. Il était passionné dans l’art de te rendre la vie infernal, dès que tu pensais avoir quelques instants de répit c’est comme si il le sentait et il te rappelait très rapidement à l’ordre avec un hibou et tu avais horreur de ça. Du haut de tes vingt-cinq ans tu pouvais en paraitre vingt de moins aux yeux des autres quand tu te faisais engueuler par ton père. Il n’avait aucune gêne à te rappeler que tu étais un malfoy grâce à lui et que malgré ce qu’il avait fait pour toi, tu avais déshonoré la famille en tombant dans la maison du blaireau, ou plutôt un affable terrier pour les gens rejeter et mal aimé. Ton esprit était complètement obnubilé par toutes tes pensées que tu faillis perdre l’équilibre de ton balai, rattrapé de justesse au manche tu te redressas sur ce bout de bois en te promettant à toi-même, qu’il faudra t’offrir une bièreaubeurre pour fêter ça. Mais ce n’était pas le genre de boisson que l’on trouvait lors des repas dans la grande salle, non cette sorte de bière ce trouvait dans le village de pré-au lard, dans cette magnifique taverne qu’étais les trois balais. Sûrement le meilleur endroit au monde pour décompresser de cette école de fou. Tu aimais te rendre dans ce village, tu aimais la petite vie là-bas, très loin de tout ce qui ce passais à poudlard, ils menaient presque une vie normal. Tu continuais de te perdre dans tes pensées en volant, tu tournais autour du terrain pour ne pas rater ta jolie rousse. Depuis l’autre jour tu ne cessais de penser à elle, elle était partout avec toi, dans tes rêves la nuit et dans chacun de tes songes éveillés. Tes lèvres avait gouté les siennes et à l’heure d’aujourd’hui c’est tout ce dont tu avais envie, de sentir à nouveau cette sensation bonheur qui te remplis l’estomac, de ces papillons qui parcourent ton échine. Elle te rendait plus fort, plus mature dès qu’elle était avec toi. Tu tournais dans les nuages avant d’entendre des applaudissements qui te font remonter à la réalité. La tête penchée vers le bas, tu affichas un grand sourire en voyant ton petit oiseau en bas, lui faisant un signe de monter te rejoindre en haut. Tu la suivais des yeux, grimaçant en voyant les balais lui tomber dessus, décidément ce petit oiseau n’était vraiment pas chanceuse « pauvre petit oiseau. » tu parlais seul, en descendant de quelques mètres dans sa direction. Tu rejoignais le sol plus rapidement en voyant qu’elle avait des problèmes, peut-être un manque de pratique. « Bon..jour. » Tu survolais toujours le sol en la regardant avant de sourire avec douceur. « bonjour jolie rousse. » Tu approchais ta main de sa joue et la caressa tendrement sans la lâcher des yeux. Tu voyais ses joues rougir mais c’était avant de les toucher, plein de questions se battaient dans ton esprit pour avoir une explication. « Je… ne..ne peux pas. » Tu posas un pied à terre, laissant ton balais rejoindre la verdure. Tu l’attirais contre toi, passant une main dans son dos et embrassa doucement sa tempe. « Qu’est-ce-qu’il y a.. ? » Tu caressais son dos avec tendresse en la regardant toujours « j’ai peur… » Peur ? Pourquoi donc ? Puis ça a fit tilt dans ton esprit, c’était le fait de voler qui lui faisait peur, de se retrouver dans le vide. C’est vrai que c’est très impressionnant pour ceux qui n’ont pas l’habitude de voler, mais tu savais que ça pouvait être modifié avec de la pratique. Tu la serrais un peu plus contre toi, sans faire vraiment attention si d’autres personnes étaient dans les environs, mais ce n’était pas ton problème, aujourd’hui ce que tu voulais c’était aider le joli petit oiseau à ne plus avoir peur de voler et pouvoir déployer ses ailes comme bon lui semble. Toi le sang-pur tu avais pour but dans la vie de prendre soins de ce petit oisillon, si adorable. « Tout va bien se passer, je suis là.. il ne peut rien t’arriver » Tu te redressas en la regardant « on ira en douceur. » Tu fis lever ton balai en lui ordonnant de se mettre debout, l’attrapant dans la paume de ta main tu montais dessus en tendant  la main à hazel. « Je te jure que ça ne te fera pas peur, on va juste voler de quelques mètres… mais pas énormément, je veux juste te faire partager ma passion tu sais… » Tu lui affichais un sourire qui se voulait rassurer, et tu espérais qu’elle comprendrait que tu ne veux pas lui faire peur, mais bien au contraire que tu voudrais l’aider avec sa peur. Ta main toujours tendue vers elle, pour qu’elle l’attrape et monte avec toi sur ce morceau de bois. « Tu me fais confiance ? » Tu espérais vraiment qu’elle prendrait ta main, et qu’elle n’allait pas fuir en hurlant que tu étais un monstre de lui faire ça. Tu voulais te montrer confiant et surtout rassurant envers elle, car un oiseau ça s’effraie vraiment très vite et tu le savais très bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phoenixrising.forumactif.org/t115-un-serpentard-refoule-c
avatar
ravenclaw house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 386
⊱ PSEUDO : amortentia (morgane)
⊱ CRÉDITS : manon jet'aime et hestia d'amour que j'aime fort
⊱ AVATAR : sophie turner
⊱ COMPTES : melisandre la grognasse

⊱ ÂGE : dix-neuf ans d'impureté et de dégoût.
⊱ STATUT CIVIL : célibataire, l'âme vide
⊱ SANG SORCIER : sang mêlé
⊱ SCOLARITÉ : cinquième année
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : aucun, personne ne veut d'elle
⊱ BAGUETTE : sa baguette est faite en bois de pommier, avec pour coeur une écaille de sirène. elle mesure vingt centimètres et est prédisposée aux sortilèges défensifs.
⊱ PATRONUS : elle n'a jamais réussi à en produire un.

MessageSujet: Re: how rare and beautiful it truly is that we exist ☆ herzel Lun 31 Aoû - 23:25


how rare and beautiful it truly is that we exist

how rare and beautiful it truly is that we exist.
« bonjour jolie rousse. » Les papillons. Les regards. Ces ressemblances, différences des fruits du démon. Si proche et aussi loin à la fois. Tout proche de ce sentiment. Mais sans trop l’être. Dans la limite du oui, et celle du non. La timidité pure face à cette rage qui les enivre. Désir charnel qui dévore leurs âmes impures. Ô Malfoy embrasse-moi. Fais de moi, ta reine. Celle qui dirige ton cœur, le caresse, prends soin de mon âme avant que je ne la détruise. Fais de moi, cette déesse. Protège-moi quand la douleur touche ma peau. Fais de moi ta nymphe. Celle que tu regarderas éternellement, sans t’en lasser. Avec une beauté qui ne vieillit pas, mais muris. Ce fruit imparfait que l’Olympe a rejeté, cette harpie dans mon âme. Les battements de mes cils, de mon cœur. Mon regard, mes lèvres sur les tiennes. Lis dans mes yeux. Dévore mes lèvres. Et enlève la douleur de l’imperfection. Celle qui fait de moi, cette petite créature si faible, si déroutante. Laisse-moi être l’eau dans ton vin, tout comme tu es le poison dans mon vin indigeste. Créature de la nuit, deviens lumineux. Deviens l’Appolon, roi solaire. Et brille, vole. Vole aussi loin que tu le peux. Fuis-moi. Ne m’emmène pas.
Et puis elle s’arrête de penser. Elle s’arrête de rêver. Elle ne pense plus à l’horrible créature qu’elle est. Elle ne pense plus au malheur qu’elle va lui apporter. Cette Goyle plus démoniaque que sa famille réunie brûle vos démons. Vous dévore de l’intérieur. Et désormais, elle brûle devant le blaireau. Fond devant le serpent. Et brille d’admiration devant sa majestueuse posture. « Qu’est-ce-qu’il y a.. ? » Il l’attire près d’elle. Eloigne les démons de son esprit. Purifie le mal par un simple baiser sur la tempe. Et elle le regarde. Avec un œil admiratif. Amical. Amoureux ? Qui sait. Hazel est aussi pure que déroutante. Même son cœur ne peut deviner si ces crépitements sont si amicaux qu’un simple baiser échangé. Mais elle en veut plus Hazel. Elle a besoin de cette confiance intérieure. De cette voix qui lui parle. Qui lui dit que tout va bien, que ça va s’arranger. Plus de peine, plus de larmes. Et puis elle lui annonce, de son regard triste, déchue, qu’elle tremble devant le vertige. Que les hauteurs lui font voir un monde à l’envers. Que rien n’est pire face à ces pieds qui ne touchent plus le sol. Alors elle tremble, encore et encore. « Tout va bien se passer, je suis là.. il ne peut rien t’arriver » Hazel observe le gamin avec attention avant de tourner la tête vers ce balai qu’il attrape, tout en la serrant dans ses bras. « Je te jure que ça ne te fera pas peur, on va juste voler de quelques mètres… mais pas énormément, je veux juste te faire partager ma passion tu sais… » Les derniers phrases du garçon sont un électrochoc pour la jeune demoiselle. Sa passion. Son partage. Il s’offre à elle. Comme un livre ouvert. Il lui donne une partie de lui à travers ce quidditch. « Tu me fais confiance ? »  Le démon à la chevelure roux observe cette main tendue. Observant les hauteurs, elle détache le haut de sa cape pour la poser contre le sol, de peur de devoir la voir voler. La chemise de l’étudiante vole contre sa tresse rousse et celle-ci remonte ses manches, comme un petit rituel pour se détendre. « Je te fais con…fiance. » Comme le bonjour, son mot est haché, mais c’est qu’elle tente de bien parler. De bien voir, de faire des efforts comme il peut en faire. De lui montrer son monde à son tour. Alors, elle saisit sa main et enfourche son balai avec délicatesse. « Ça ne va p..pas casser ? » Elle s’inquiète de son poids de moineau. Elle s’inquiète de ne pas être assez forte pour lui. Elle s’approche du garçon doucement, si bien que son corps rencontre le dos du garçon. Enroulant ses bras autour de son torse, elle se colle à lui, posant sa tête dans sa nuque, elle tente de calmer les tremblements. « Tu.. tu peux y all.aller. » Elle ferme les yeux un instant. Un simple instant. Et ses pieds décollent du sol. Si bien qu’elle ne le touche plus. Un petit rire l’habite légèrement, alors qu’elle voit doucement l’herbe s’éloignée. « C’est… c’est si magique … » Ses yeux s’émerveillent devant la hauteur alors qu’elle serre quand même fort ce torse musclé contre elle. La petite feuille tremble, mais elle est heureuse. Heureuse de pouvoir voler. Si haut, si loin. « Je vo… » Elle éclate de rire. Ses bras se détachent petit à petit d’Hermès et si son corps reste quand même contre le sien, elle étend les siens comme un petit oiseau qui prend son envol pour la première fois. « Je vole ! » Un cri de joie qui la surprend elle-même. Si bien qu’elle se recolle directement à Hermès, coinçant ses bras de nouveau sur son torse. Un rire frais, délicat et réel sort de sa bouche. Elle se surprend à grandir si vite, gentille Hazel. Si bien qu’un moment de liberté, un moment de finesse, elle s’ensorcèle et devient belle. Belle comme une femme, belle comme une fleur. « Hermès, est-ce qu’o…on peut aller pl..plus haut ? » Moins de bégayement, plus d’affirmation et les ailes du petit oiseau se colore. Après avoir poussé, elle commence enfin à porter son plumage d’hirondelle. Libre à l’infini. Elle veut sentir le vent sur sa peau. Si bien que sa main gauche jette l’élastique qui retient sa chevelure. Il vole à son tour pour s’écraser dans le gazon, pour disparaître de sa vie. Quant à sa chevelure rousse, elle se déploie dans le ciel à l’aide du vent. Se détache avec élégance et sauvagerie. Et sa crinière vous éblouie. Vous le soleil, vous la lune. Hazel vous embrume de son rire printanier et de sa beauté automnal. Hazel est elle, Hazel est libre. Elle vire et dérive au gré du vent. Et elle se sent enfin vivre auprès d’Hermès, dieu du ciel.



    i wanna hide the truth, i wanna shelter you, but with the beast inside, there's nowhere we can hide. no matter what we breed, we still are made of greed, this is my kingdom come, this is my kingdom come.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
hufflepuff house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 284
⊱ PSEUDO : j'ai trop de pseudo sur la toile, mais le dernier en date est "gasoline."
⊱ CRÉDITS : eylika. (avatar)
⊱ AVATAR : douglas booth.
⊱ COMPTES : sans double compte, un seul suffit largement pour le moment.
⊱ ÂGE : vingt cinq petites années au compteur, pourtant il se sent très vieux.
⊱ STATUT CIVIL : ce blond est quelqu'un de difficile, qui préfère passer d'une fille à une autre plutôt que de penser à une relation sérieuse. mais ça c'était avant qu'une jolie rousse décide de faire du ménage là-dedans.
⊱ SANG SORCIER : sang-pur dont il est fière, bien que d'après son père il ne mérite pas de porter ce rang.
⊱ SCOLARITÉ : élève en douzième année, pratique un cerf avec spécialisation dans les sciences occultes.
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : il participe au club de duel ainsi que celui d'astrologie.
⊱ BAGUETTE : le bois est celui d'un chêne blanc, preuve de son endurance, le coeur de sa baguette est une écaille de sirène. elle mesure entre vingt cinq et trente cinq centimètre, c'est une baguette rigide et obéissante, elle est prédisposée aux sortilèges informulés.
⊱ PATRONUS : une panthère.

MessageSujet: Re: how rare and beautiful it truly is that we exist ☆ herzel Jeu 3 Sep - 22:46

how rare and beautiful
it truly is that we exist.
Tu tenais ton prénom d’un dieu grec qui passionnait ta mère, une divinité de l’olympe. Hermès était le messager des dieux, le donneur de chance, le gardien des routes, le guide des voyageur et il guidait les âmes des héros aux enfers. Enfant et comme beaucoup d’autres tu n’appréciais pas forcément ce prénom si méconnu des autres, tu aurais voulu un prénom un peu plus banal comme la plus part des gens dans ce monde. Mais une fois que tu eu connu les origines de ton prénom et de ce personnage important puisqu’il s’agissait d’un des fils de Zeus, le dieu des dieux. Depuis ce jour-là tu portais ton prénom avec honneur et fierté. Toi messager des cieux. Tu comprenais enfin pourquoi tu aimais tant voler, c’était dans les gênes que t’avais communiqué ce prénom, puisque le messager des dieux passait énormément de temps dans les airs. « Je te fais con…fiance. » Les mots de la jolie rousse t’ont ramené à l’instant présent, tu sentais à présent sa main dans la tienne que tu seras doucement, lui montrant que tu étais heureux qu’elle te fasse confiance. Tu secouais doucement la tête quand elle te demanda si ce balai allait casser, mais ce n’était pas son poids de petit oiseau qui allait faire quelque chose à cette branche d’arbre.« Tu..tu peux y all..aller. » Tu donnas une petite tapes sur le sol pour t’envoler, mais pas bien haut, seulement pour que vos pieds ne puissent plus toucher terre et entrepris de tourner dans l’enceinte du terrain de quidditch, tu savais qu’elle avait peur donc tu n’avais pas encore l’intention de sortir de ce terrain, tu attendais qu’elle soit prête pour ça car la terrorisé n’était absolument pas ton but. Tu te concentrais pour ne faire aucune mouvement brusque et ce n’était pas chose facile pour toi, tu étais habitué à monter bien plus haut et plus vite, à jouer avec le vent et les trous d’airs, à voler avec les oiseaux. Et là tu étais cantonné au stade de quidditch. Cependant tu n’étais avec n’importe qui, tu étais avec ton petit oiseau dont tu pensais que tu en tombais amoureux, du moins c’était le sentiment inévitable que tu ressentais en ce moment même et depuis que tes lèvres avaient touché les siennes. Ton cœur s’emballait chaque fois que tu pensais à elle, chaque fois que ce moment revenait devant tes yeux. Tu l’écoutais s’extasier en souriant tendrement, heureusement qu’elle était dans ton dos, afficher un tel sourire était certainement de la faiblesse pourquoi beaucoup de gens. Mais pour toi ce genre de sourire c’était vraiment nouveau, et c’était d’ailleurs le premier que tu affichais sur tes lèvres.  « Hermès, est-ce-qu’o…on peut aller pl..plus haut ? » Presque aucun bégaiement dans cette phrase, tu étais fière d’elle, vraiment fière qu’elle comprenne qu’elle pouvait avoir confiance en sa personne, qu’il était tant que ce petit oiseau prenne son vol. Tu redressais le balai, pour monter de quelques mètres, à peu près au même niveau que les tours pour les professeurs qui viennent soutenir leur équipe. Tu regardais rapidement derrière toi, pour voir sa réaction, et tu remarquais des élastiques qui touchaient le sol et des mèches de couleur feu qui dansaient au gré du vent. Un battement de ton cœur qui frappe ton torse et tu savais que c’était elle qui ferait ton bonheur pour un long, très long moment. Tu mordais ta lèvre en regardant à nouveau devant toi. « Tu es magnifique hazel.. » A cet instant précis tu aurais voulu l’embrasser, l’embrasser avec cette passion qui tordait ton ventre et faisait crever ton cœur. Tu accéléras doucement et tournais doucement la tête pour voir ses cheveux dans les airs, c’était un spectacle absolument sublime que tu n’oublierais jamais ça c’était certain. Tu te redressais, collant à nouveau ton dos contre ta poitrine, et bouche contre son oreille. « je veux t’embrasser.. » Un rapide coup d’œil devant toi, avant de glisser  tes lèvres sur les siennes, à nouveau un baiser chaste tu ne voulais pas perdre la tête alors que tu avais vos vies entre les mains et si il se passait quelque chose de grave, elle ne le pardonnera jamais. Tes lèvres contre les siennes et ton cœur palpite, il danse dans cette cage thoracique, il manque plusieurs battements à chaque fois, mais il est heureux, il crève de niaiseries quand il est proche d’elle. Toi tu perdais la tête, tes lèvres caressaient les siennes et le bout de ton nez touchait le sien pour ne faire plus qu’un entre vous deux. Tes idées tournaient dans ta tête, tu aurais voulu la colle contre toi, mais l’étroitesse du lieu ne facilitait pas la situation pour ce genre de rapprochement. Les yeux fermés tu te reculais, le temps de reprendre ton souffle avant de la regarder, un rapide sourire avant de reporter ton attention devant toi, continuant de voler dans les cieux en direction du château et des fourmis qu’étaient les élèves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phoenixrising.forumactif.org/t115-un-serpentard-refoule-c
avatar
ravenclaw house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 386
⊱ PSEUDO : amortentia (morgane)
⊱ CRÉDITS : manon jet'aime et hestia d'amour que j'aime fort
⊱ AVATAR : sophie turner
⊱ COMPTES : melisandre la grognasse

⊱ ÂGE : dix-neuf ans d'impureté et de dégoût.
⊱ STATUT CIVIL : célibataire, l'âme vide
⊱ SANG SORCIER : sang mêlé
⊱ SCOLARITÉ : cinquième année
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : aucun, personne ne veut d'elle
⊱ BAGUETTE : sa baguette est faite en bois de pommier, avec pour coeur une écaille de sirène. elle mesure vingt centimètres et est prédisposée aux sortilèges défensifs.
⊱ PATRONUS : elle n'a jamais réussi à en produire un.

MessageSujet: Re: how rare and beautiful it truly is that we exist ☆ herzel Ven 4 Sep - 0:48


how rare and beautiful it truly is that we exist

how rare and beautiful it truly is that we exist.
Enfant de la nuit, gamine de la lune. Une Hazel, fille de Diane et Vénus. D’une beauté sauvage, digne des cheveux blancs de Neptune. Toute une mythologie dans sa chevelure de flamme, digne des enfers de Pluton. Perséphone de son sommeil, délicate petite verdure qui attrape la lumière de son regard. Soleil qui se cache et expose sa figure lasse à la nuit tombée. Basse gamine des crépuscules qui se faufilent dans votre esprit et ne vous quitte plus. Elle, si étrange, si lunaire. Une énigme que même l’univers ne peut comprendre. Celle qui ne se résout pas en un regard. Bien plus différente, divergente de ce monde semblable. Une lumière à part qui brille dans l’obscurité. Qui prend la beauté dans la désolation. Qui se nourrit du fruit mûr de l’insouciance pour le dévorer avec une délicatesse inégale. Une beauté qui vous frappe à un instant des plus étranges. Cette bête qui surgie des abysses pour vous entraîner dans sa chute. Elle n’était que cette créature dégoutante, déroutante, qui vous fait perdre votre esprit. Mais ça, c’était bien avant lui.
Comment décrire cette personne. Comment décrire celui qui la fait sourire. Qui donne du baume à son cœur. Qui panse ses douleurs. Comble son plaisir, capable du tout et du pire pour un simple battement lippe. Un simple regard, léger mirage. Ils ne sont rien, ils sont un tout. Un univers, une bulle, une planète. Ils bâtissent monts et rivières sur les mots d’une relation qu’il chasse bien. Oh qu’elle est belle cette amitié. L’amitié où le cœur s’enflamme. L’amitié où l’âme se purge, l’horreur se dégage et tout devient pur. Chaste, blanc. Délicat, grand, fier. Blaireau et moineau, cohabitant sans soucis. Cohabitant dans ce cœur si pur qui est le leur. Ce cœur, si unique qu’il partage. Une amitié, si belle, si grande, que ça n’en est plus. Hazel, la jeune prude, fond sous les désirs de l’amour, qui se veut taquine. Douce Hazel qui vole comme une hirondelle sous les plaisirs subtiles d’un amour habile. D’un amour qui se veut mystérieux, jeune amour qu’elle savoure. Oh non, elle ne vous dira pas qu’elle est amoureuse. Et même amie avec Hermès Malfoy. Elle est cette Goyle que personne n’aime, pas même son propre père. Rhys qui la protège dans son dos, tout comme Hermès. Mais personne ne lui dit ses mots. Personne ne les trouve, ne les connais. Pourtant, on dirait qu’un blond est sur la bonne voie. Celui qui la vue comme une amie. Une sœur. Et puis une femme. Ces six années qui les écartent tant de l’être aimé. Ces mots qu’ils ne sont jamais dits. Et ces regards qui ne se trahissent pas. Alors Malfoy, on tombe dans le mystère de l’amour ? On craque pour une rousse ? Mais que ce passe-t-il ? Elle ne sait pas. Elle ne sait plus. Elle vole tout simplement, aussi haut que cela est possible. « Tu es magnifique hazel.. » Des mots qui résonnent dans son esprit. Une barbe qu’elle a envie de sentir contre sa peau. Cette peau si blanche qui rougit dans les airs, qui se sent vivre. « je veux t’embrasser.. » Ce murmure dans son oreille. Elle sent sa petite barbe griffée ses oreilles et elle se sent frémir. C’est magique. Et puis cette fois, il colle ses lèvres. Délicatement, avec cette force virile qui brise cette barrière d’enfant. Elle se sent forte, femme. Et ses deux bouches se touchent. Dans une harmonie pure, ils s’offrent un bonheur mystique. Leurs âmes se sondent et la rousse décolle sa main pour toucher la joue de Malfoy et amplifier ce baiser. Amplifier, est un bien grand mot, dans la part d’Hazel. Elle passe de la candeur à la douceur. Des papillons brûlent son ventre. Oh, Cupidon frappe encore dans les murs de Poudlard, dans un stade quidditch. « Merci. Mer…merci d’être là. » Ses yeux pétillent si bien, qu’en étendant ses bras elle en perd l’équilibre. Elle se sent décoller et délicatement son postérieur du balai se surélever. « Hermès ! » Un cri rempli de terreur quand elle voit le sol loin sort de sa bouche. Elle hurle trop bien que le garçon arrive à la saisir. Son cœur se met de nouveau à trembler et elle se voit se coller trop rapidement à lui, sa poitrine explose contre son dos. « Peux-t…t-on aller s’ass…sseoir ? » Aller n’importe où. Sur les toits, les gradins. Le lac, la forêt elle veut simplement un endroit, autant en hauteur pour lui, où elle sent quelque chose contre ses pieds. Elle veut simplement être un blaireau, les pieds près du sol, avec Hermès dans les nuages comme un aigle. Ils ne s’aiment pas, ils apprennent à le faire. Ils ne sont pas parfaits, mais ils se complètent.



    i wanna hide the truth, i wanna shelter you, but with the beast inside, there's nowhere we can hide. no matter what we breed, we still are made of greed, this is my kingdom come, this is my kingdom come.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: how rare and beautiful it truly is that we exist ☆ herzel

Revenir en haut Aller en bas

how rare and beautiful it truly is that we exist ☆ herzel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Panoramas and 3D Virual Tours of the Most Beautiful Places Around the World:
» Les prénoms originaux ou rare que l'on aime bien
» Les prénoms originaux ou rare que l'on aime bien
» What a Beautiful Life
» Beautiful by aufeminin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sectumsempra :: 
l'école de sorcellerie de grande-bretagne
 :: le parc du château :: le terrain de Quidditch
-
élèves attendus :
potions
sortilèges
langues étrangères
métamorphose
occlumancie

scénarios recherchés :