Partagez| .

Explain to me muggles (maedge)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
slytherin house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 59
⊱ PSEUDO : spf.
⊱ CRÉDITS : sweet nothing
⊱ AVATAR : Danielle Campbell
⊱ COMPTES : One
⊱ ÂGE : 22 ans
⊱ STATUT CIVIL : Célibataire
⊱ SANG SORCIER : Mêlé depuis des générations
⊱ SCOLARITÉ : Neuvième année en Justice Magique
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : Chorale
⊱ BAGUETTE : Bois d'érable, plume d'hippogriffe, vint-sept centimètre cinq, prédisposé pour les sortilège informulé
⊱ PATRONUS : Loup de sibérie, échos lointain à son enfance dans l'Est de l'Europe
⊱ DON MAGIQUE : Chante divinement bien, oui, c'est un don magique

MessageSujet: Explain to me muggles (maedge) Sam 5 Sep - 18:43

Le salon des dames, Isabel avait été étonnée et révolté lorsqu’elle avait découvert l’histoire de ce lieu. Savoir que des femmes à une époque avaient put être cantonné à leur rôle de femme au foyer et génitrice d’héritier la rendait malade. Une sorcière possédait une baguette, par conséquent, elle pouvait se défendre et attaquer aussi bien qu’un sorcier et même mieux si le sorcier en face était aussi doué qu’un cracmol. Mais les années passant et se rendant compte qu’il était difficile de réunir la bande dans une salle commune alors qu’ils étaient issus des quatre maisons, elle avait fini par adopter ce lieu. Ainsi, elle était devenue une habituée du salon des dames où elle s’installait généralement pour lire un journal sorcier ou moldu, discutait avec ceux qui passaient et venait lui tenir compagnie, joué aux échecs ou à d’autres jeux et pleins d’autres activités. Généralement, elle ne donnait jamais rendez-vous ici quand elle souhaitait voir quelqu’un de précis, préférant trouver cette personne d’elle-même ou alors la retrouver dans le grand corridor qui permettait plus de discrétion. Mais ce jour-là, elle avait décidé de faire une exception et d’envoyer un message par hibou à Maedge pour lui proposer de la rejoindre ici et parler d’un fait divers qui l’avait intéressé.

Le fait divers en lui-même n’avait pas grand-chose d’intéressant pour un sorcier ayant des origines purement sorcière puisque ces derniers ne s’intéressait que rarement à la presse moldu. C’était d’ailleurs étrange qu’Isabel, bien que non sang-pur, s’intéresse à cette presse puisqu’elle était issue d’une vieille famille sorcière qui généralement ne se passionnait que pour une chose dans la vie. Mais la jeune femme appartenait à la nouvelle génération de Crivey, celle qui bien que passionné et ne se mettait pas d’œillère sur le reste du monde afin de pouvoir obtenir des résultats correct à l’école et réussir dans la vie. Pour Isabel, cela signifiait aussi faire ses preuves pour être heureuse dans sa vie future car visiblement certains acariâtre jugeait les gens selon leur nom de famille, leur notoriété et leur compte en banque. Une vraie hérésie stupide digne d’un troll aux yeux de la Serpentard mais comme elle le disait, il faut mieux plier que de tenir tête et rompre. Enfin, pour revenir au fait divers qu’elle avait découpé  et posé devant elle dans l’attente de l’arrivée de sa camarade de Gryffondor, il l’avait alerté pour une chose. Le principe de la scolarité moldu et plus particulièrement en Angleterre. Lors de son séjour en France, elle avait bien compris le système scolaire de ce pays mais celui de son beau pays lui semblait insondable et ce n’était pas le fait d’avoir eut un précepteur avec ses cousins qui allait l’aider.

Toujours est-il qu’en attendant Maedge, Isabel avait entrepris de commencer un de ses devoirs de potions non seulement afin de gagner du temps mais aussi car elle n’avait jamais été d’un naturel très patient. En faites, elle s’était souvent demandé comment le choixpeau avait fait pour la faire atterrir à Serpentard. Certes comme eux, elle était ambitieuse et assez rusée pour changer la couleur de cheveux des préfets en troisième année suivant le code couleur de leur maison et ne pas se faire prendre mais à part ça, elle n’avait rien en commun avec eux. A ses yeux, elle aurait largement été mieux à Gryffondor mais elle avait fini par s’y faire à sa maison verte et argentée dont elle portait fièrement les couleurs même si elle refusait encore de l’admettre. Au fond d’elle, elle était heureuse d’être une Serpentard, d’y avoir sa place et d’avoir pu ainsi changer sa vision du monde un peu trop simpliste qu’elle avait hérité de son enfance. Bien sur, elle ne l’admettrait jamais, sa fierté était bien trop haute et puis elle était une Crivey et aucun Crivey digne de ce nom ne pouvait se vanter d’avoir été à Serpentard. D’ailleurs, elle devait bien être une des rares Crivey a avoir atterris dans cette maison ce qui la laissait toujours perplexe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://phoenixrising.forumactif.org/t192-don-t-be-afraid-you-re-
avatar
gryffindor house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 148
⊱ PSEUDO : THE @lice/laura
⊱ CRÉDITS : wildworld
⊱ AVATAR : chloe moretz
⊱ COMPTES : only one.

⊱ ÂGE : dix-neuf ans, elle est encore une gamine, incapable de prendre des décisions à ce qu'il parait, elle voudrait grandir plus vite.
⊱ STATUT CIVIL : célibataire, son père voudrait qu'elle le reste pour toujours tandis que la jeune blonde voudrait qu'un garçon finisse par s'intéresser à elle.
⊱ SANG SORCIER : sang-de-bourbe, elle ne l'arbore pas comme une honte mais comme une fierté, fière de ses origines et fière d'où elle est arrivée.
⊱ SCOLARITÉ : elle mène sa sixième année, elle compte en reste bien plus mais son paternel semble souhaiter la voir quitter poudlard au plus vite.
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : proches des animaux, elle mène une spécialisation en zoologie. elles est commentatrice de quidditch, elle fait aussi partie du club de duel et de théâtre.

MessageSujet: Re: Explain to me muggles (maedge) Dim 6 Sep - 19:21

La journée avait bien commencé. Le soleil brillait, les oiseaux chantaient, son esprit était en joie. Si elle avait été en vacances, elle aurait surement souhaité passer sa journée à Pré-au-lard. Elle adore ce village, il respire un charme magique dont elle ne pourra jamais se passer, sans parler du gout non désagréable de la biereaubeurre des trois balais. Maedge rêve de voir la fabrication d'une biereaubeurre. Bien qu'elle fasse partie du monde magique, son côté moldu lui impose ce sentiment de logique qu'une boisson au si bon gout ne peut pas être faite avec de la biere et du beurre. Elle a l’impression qu'il faut forcément qu'un ingrédient magique doit y être concernée, comme si une licorne avait du y apporter sa sauce. Tandis qu'elle réfléchit à la conception de la biereaubeurre en buvant, non du jus de citrouille comme son camarade de gauche - ils sont encore dans la grande salle, encore à discuter - elle boit un verre de jus de groseille, une boisson qui lui rappelle le monde moldu, le monde dans lequel elle est née, son chez elle pour toujours.

A un certain moment de la journée, la matin ou l'après-midi, elle n'en sait rien, le hibou - à moins que ce ne soit une chouette, ce n'est pas comme si Maedge était capable de faire la différence - vient à la Gryffondor quand elle est dans le parc, à profiter du soleil qui illumine son existence toute entière. Elle ne se sentira jamais totalement à l'aise avec l'animal. Evidemment, Maedge aime la chouette mas elle certaine que l'oiseau lui reproche les séjours dans le monde moldu dans lequel elle doit rester constamment dans une cage. Ce n'est pas ce que Maedge lui souhaite mais elle comprend parfaitement qu'une chouette ne peut pas faire des allées et venues comme bon lui semble dans une maison aussi surveillée qu'est celle de son père. Si les médias commencent à voir une chouette à l'intérieur de son domaine, ça pourrait lui créer des ennuis et , malgré tout, ce n'est pas ce que Maedge veut. Elle jette un coup d'oeil à la lettre qui vient de lui être envoyée par Isabel Crivey, une amie, bien qu'elle ne soit pas de sang-pur, elle a grandi dans le monde magique. Maedge aurait adoré avoir cette chance car, ainsi, son frère aurait pu lui-aussi être un sorcier et ils auraient vécu ensemble dans ce monde. Mais elle n'a pas eu cette chance, elle le regrette, d'une certaine façon.

Isabel lui donne rendez-vous au salon des dames. Maedge ne s'y rend pas souvent. Elle n'en sait d'ailleurs pas grand chose, ce n'est pas comme si elle s’intéressait à l'histoire de toutes les salles de Poudlard. Tout ce qu'elle en sait, c'est que, auparavant, seules les femmes y avaient accès, d'où le nom. Maedge déteste le sexisme, comme toutes les formes de discrimination. Pourtant, elle ne déteste pas grand-chose. Détester la haine envers autrui lui semble une belle pensée, en un sens. Isabel lui a envoyé un fait divers concernant le monde des moldus à Maedge, dont elle souhaiterait parler. Elle l'a légèrement feuilleté, sans s'y lancer en grande profondeur, la lecture n'est pas sa passion et encore moins celle de ce genre d'article. Il ne se passe pas que des belles choses dans le monde moldu mais elle imagine qu'il doit en être de même dans le monde des sorciers. Si tout y était rose, les serpentards n'auraient pas une telle réputation. Isabel est à serpentard, Maedge à gryffondor. La norme voudrait qu'elle ne se fréquente pas mais Maedge ne s'est jamais intéressée à ce que la norme pouvait attendre d'elle. Elle a toujours trouvé cette histoire de maison totalement stupide, elle n'a jamais compris pourquoi les diviser en quatre, quoiqu'elle apprécie le jeu qu'est celui de la coupe des maisons. C'est assez drôle d'être en compétition avec les autres élèves. Maedge ne sait pas si elle est courageuse et Isabel ambitieuse, mais, quoiqu'il en soit, ça ne les a pas empêché de lier une certaine amitié entre elles. « Salut Isabel. » Elle trouve ça bizarre, d'être autant de bonne humeur alors qu'elle sait très bien quel sens leur direction va finir par prendre. Maedge va essayer d'être neutre, de lui dire que tout n'est pas facile quand la magie n'est pas là pour éclairer nos jours mais elle finira par critiquer la politique de son père, par dire que c'est sa faute si ça ne va pas toujours si fort. Elle ne sait pas si elle se sert de son amitié avec Isabel pour se venger dans son coin de son père voulant la séquestrer dans le monde moldu. Dit ainsi, ça semble plutôt puérile. Pourtant, ce n'est qu'une façon de dévoiler une petite part sombre d'elle-même à Isabel, sans pour autant lui révéler tout le fond du problème. « Alors, ahem, tu voulais qu'on discute de ce fait divers. » Finalement, ça la rend un peu mal à l'aise. Elle fait comme s'il n'y avait pas de problème, comme si elle pouvait critiquer le monde des moldus à-tout-va mais quoiqu'elle en dise, il n'en reste pas moins son monde. Elle ne se fait pas d'illusion, rabaisser son paternel ne le rendra pas moins docile à la perspective de laisser sa fille tomber amoureuse, travailler, vivre dans un monde magique. Mais Maedge n'a aucun moyen de ne montrer sa colère dans le monde des moldus alors elle se permet de la déchaîner devant Isabel. « Enfin, tu sais comment est le monde des moldus. » Pour tout dire, non, elle ne sait pas. Si elle le savait, elle ne serait jamais venue vers Maedge qui n'aurait personne sur qui se déchaîner contre son géniteur. « Je crois qu'il y arrive des choses horribles qui n'arrivent jamais dans celui des sorciers. » Elle ne sait pas si c'est vrai. Elle ne sait pas si le drame est inexistant du monde sorcier, ce n'est pas quelque chose dont elle s'est déjà intéressée ou dont elle aurait déjà entendu parler. Mais peut-être que Isabel va lui dire le contraire. De ce qu'elle en sait, le monde magique est d'une magie merveilleuse, parfaite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Explain to me muggles (maedge)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» BETH HART & JOE BONAMASSA : DON'T EXPLAIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sectumsempra :: 
l'école de sorcellerie de grande-bretagne
 :: le cinquième étage :: le salon des dames
-
élèves attendus :
potions
sortilèges
langues étrangères
métamorphose
occlumancie

scénarios recherchés :