Partagez| .

glimpse of the time ☆ melisandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
gryffindor house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 338
⊱ PSEUDO : amortentia (morgane)
⊱ CRÉDITS : Blackholes & prospérine d'amour
⊱ AVATAR : lindsey morgan
⊱ COMPTES : hazel la serdaige

⊱ ÂGE : vingt-trois ans
⊱ STATUT CIVIL : faussement en couple avec tommen black, le coeur de la lionne ne connaît pas ce sentiment de papillon dans le ventre et de regard qui brille.
⊱ SANG SORCIER : héritière des shafiq, son sang a été mêlée et elle ne s'en cache pas.
⊱ SCOLARITÉ : c'est une lionne qui étudie le sport pour un jour devenir la meilleure joueuse de quiddich en europe.
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : elle est la batteuse des gryffondors.
⊱ BAGUETTE : sa baguette est fait d'un bois de frêne, avec pour coeur une plume d'hippogriffe. mesurant vingt-neuf centimètres. elle est prédisposée aux sortilèges offensifs.
⊱ PATRONUS : une lionne
⊱ DON MAGIQUE : métamorphomage, comme son père, elle a hérité de ce don et elle apprend encore aujourd'hui à l'utiliser. il n'est pas rare de voir ses cheveux tournés aux rouges d'ailleurs, melisandre est souvent guidée par ses émotions.

MessageSujet: glimpse of the time ☆ melisandre Jeu 20 Aoû - 23:02


melisandre rose aldrige

i've got thick skin and an elastic heart
âge, date et lieu de naissance — petite enfant démoniaque née sous le signe des gémeaux, un joli trente mai. cela fait désormais vingt-trois ans qu'elle répand son souffle de vie et sa bonne humeur décadente. melisandre est née en x, et elle est à ce jour la plus grande fierté de son père. nationalité et origines — le sang et les origines de la sorcière sont bien lointaines. si elle porte la nationalité anglaise, sa peau halée appartienne aux origines indiennes de ses parents. sang de sorcier — la sorcière a un sang totalement mêlée. descendante des shafiq et des aldrige, la jeune femme porte en elle la mondanité de son père et cette place dans les hautes sphères et elle compte bien y rester à son plus grand plaisir. maison à hogwarts — sa famille et ses ancêtres ont toujours fait parti de la demeure du serpent. c'est cette ambition folle qui se démarque encore légèrement. mais la jeune-femme a le coeur d'une lionne. rebelle et déterminée, aussi hargneuse que godric gryffondor, elle représente cette maison qui l'a accueilli autrefois avec la plus grande des fiertés. car si son premier foyer est au côté de son père, c'est lorsqu'elle enfile son uniforme et qu'elle rejoint sa deuxième famille que son père devient l'ennemi, directeur de serpentard. cette compétition ne fait qu'attiser l'amour qu'ils se portent mutuellement. statut civil — désolé, messieurs dames, melisandre aldrige n'est plus sur le marché ! c'est ce qu'elle dit, un petit sourire en coin. oh que non, melisandre est celle qui donne la main à tommen black, son petit-ami. officiellement en couple depuis bientôt un an, melisandre joue la comédie pour son ami, cachant la relation que le sorcier partage avec sa meilleure amie, freya. elle joue la parfaite petite fille aristocrate pour les black et son père. officieusement, elle est célibataire au coeur amer. melisandre ne sait pas réellement ce qu'est l'amour, elle pense que c'est physique et que ça ne marche que pour les autres. mais depuis quelques temps, son coeur se chagrine et son estomac se retourne au regard de son plus proche ami, blaise finnigan. que pense-t-elle ? qu'elle est simplement malade. la tête de linotte est une incapable dans le domaine amoureux et elle ne le sait que trop bien. année scolaire et spécialité — le quiddich c'est toute sa vie. en fait, quand on pense à melisandre, c'est la première chose qu'il peut vous venir à l'esprit. la sorcière sur son balai, portant les couleurs de son équipe, une batte à la main fonçant sur les cognards et les envoyant dans un cri de rage. c'est une gagnante, une battante qui va chercher la victoire dans l'effort. melisandre est connue pour cette rage de vivre et ce ne fut une surprise pour personne quand sa spécialisation fut dans la carrière sportive. on l'imagine déjà participer à de nombreux matchs voir même affronter les meilleures joueurs de la coupe du monde. elle est donc en dixième année à poudlard, et continu son apprentissage du sport avec passion et acharnement. baguette magique — sa baguette est fait d'un bois de frêne, avec pour coeur une plume d'hippogriffevingt-neuf centimètres. elle est prédisposée aux sortilèges offensifs. patronus — le patronus a été l'un des défis entre son meilleur ami, blaise et elle. la lionne a pensé que celui qui réussirait à le produire en premier serait le plus fort. contre toute attente, c'est blaise qui produisit son patronus en premier et melisandre, bien que ravis, fut vexée de ne pas y être arrivé avant lui. malgré tout, elle réussit et celui-ci prit la forme d'une lionne, rugissant. un animal qui lui ressemble si bien. épouvantard — comme sa meilleure amie freya, la première fois que melisandre eut affaire à ses créatures, ce fut lors d'un cours de défense contre les forces du mal. avant-dernière de la file, elle a pris la place de blaise pour cacher son épouvantard et son secret de lycanthrope. un sacrifice qui a bien choqué la sorcière. celui-ci prend la forme d'un miroir avec son reflet dedans. la lionne voit le cadavre de sa mère, les blessures infligées par l'hybride. elle voit la douleur de son père, sa mort promise et tout ce qu'elle aime lui est arrachée. amortencia — l'amortentia de la jeune-femme sent le bois mouillé, d'une potion ratée avec cette odeur de fumée et  de la bièraubeure.  don magique — tout comme son père, melisandre est une métamorphomage. qualités et défauts — téméraire, brave, sociable, joyeuse, arrogante, hardie, têtue, rancunière, moqueuse, rebelle, garçon manquée, caractérielle, fidèle, orgueilleuse. signe distinctif — melisandre dissimule en dessous de sa chemise, une chaîne avec au bout la bague de fiançailles de sa mère. son père lui, garde son alliance. elle préfère dissimuler ce petit bijou pour se donner l'air intouchable, plus forte. et parfois même, elle pense que sa mère est toujours auprès d'elle et de son coeur. animal de compagnie — après une hésitation longue entre un hiboux  et une chouette, c'est ce chat gris au regard farfelu qui attira l'oeil de la jeune-sorcière. depuis ce jour, grey wind est devenu son petit animal de compagnie. parfois même, la sorcière use de ses capacités de métamorphomage pour prendre la forme d'un chat et jouer avec l'animal. crédits — tumblr.
- le dossier scolaire -

ANNÉE D’ÉTUDE • dixième année.
OPTIONS CHOISIES • la carrière sportive ; soins aux créatures magiques, alchimie, étude des runes, occlumancie et légilimencie.
NIVEAU SCOLAIRE • avoir un père professeur fut la pire torture qu'on puisse à infliger à melisandre. rebelle et indisciplinée, elle préfère rire en classe que travailler, au plus grand damne de ses professeurs. malgré tout, elle peut compter sur son père et ses meilleurs amis pour la faire travailler, de façon à ce qu'elle obtienne des notes assez moyennes. elle n'est pas travailleuse et elle le sait, sa vie est sur un balai, pas dans une classe. avec le temps, melisandre a su prendre en maturité et devenir plus impliquée dans ses cours, bien que les retenues ne soient pas rare avec une élève pareille. elle a du talent sur un terrain et elle le sait, désormais elle fait tout que pour ses résultats scolaires le prouvent.
APPRÉCIATIONS • élève perturbatrice et bruyante. on dit souvent que melisandre préfère rire en classe plutôt que de travailler, et qu'elle arrive souvent dans la moyenne de la classe. les heures de retenus ne sont pas rare et on peut noter que l'enfant a pris en maturité durant ses années. désormais, il lui arrive de bavarder, mais la plupart du temps elle tente de rester concentrer pour obtenir de brillant résultat. elle reste quand même très turbulente dans les cours qui n'intéressent pas la demoiselle comme la botanique ou l'histoire de la magie.
REDOUBLEMENT • même si parfois, le redoublement a été frôlée, la jeune fille a tout fait pour se rattraper et essayer de garder un niveau correct. elle n'a donc jamais redoublé.
Le Brevet de Transplanage est un diplôme à référence international facultatif qu'il est possible de passer à partir de sa sixième année. L'examen consiste à transplaner dans un périmètre précis.
BREVET DE TRANSPLANAGE • [x] obtenu [] recalé

DEGRÉ DE POPULARITÉ : 80% ⊹ DEGRÉ DE FAYOTAGE : 10%

EN QUELQUES LIGNES, MERCI DE NOUS INDIQUER LE CERCLE D'AMIS QUE VOUS AVEZ. ÊTES-VOUS PLUTÔT SOLITAIRE OU AVEZ-VOUS DE NOMBREUX AMIS ? COMMENT SONT VOS AMIS ET QUELLE RELATION ENTRETENEZ-VOUS AVEZ VOUS ? • melisandre est une élève populaire, et si elle ne l'est pas, on la remarque. tout d'abord parce qu'elle est la batteuse de gryffondor, mais aussi parce que son père est professeur et que son petit-ami est tommen black. il fait parti de sa bande d'amie qu'elle côtoie au quotidien. ce quator de choc est formé par blaise finnigan, son meilleur ami est la personne la plus importante à ses yeux, bien que freya potter soit sa meilleure amie à son tour. elle sort d'ailleurs en cachette avec tommen et c'est melisandre qui prend un malin plaisir à les couvrir. ainsi, ils font ensemble les quatre cents coups et ce sont souvent blaise et freya qui en bavent à cause d'eux. il arrive néanmoins à melisandre de parler à d'autres personnes, c'est une jeune-fille ouverte qui prend soin de ses camarades de classes et de quiddich.
à l'intérieur de ma pensine ≈ melisandre adore s'amuser et ne pas se prendre au sérieux, elle a d'ailleurs un grand sens de l'humour et de l'auto-dérision. elle adore les cours de défenses contre les forces du mal, d'ailleurs si elle n'avait pas été aussi passionnée par le quiddich et cancre à l'école, elle serait en formation pour devenir auror. batteuse dans l'équipe de gryffondor, il ne faut pas se faire avoir par son physique fluet, la jeune femme est très musclée et sa petite taille lui permet d'être agile et rapide sur un balai. chaque soirs d'ailleurs, la jeune femme a des séries d'exercices qu'elle fait au côté du feu et de ses amis pour profiter d'eux. elle déteste perdre. elle déteste aussi quand son père s'en prend à elle en classe, et elle se dit que parfois ça serait mieux s'il n'était pas là. ça ne l'empêche pas de l'aimer fortement. il est la personne la plus précieuse à ses yeux. elle a perdu sa mère de la main d'un lycanthrope, mais contrairement à son père, elle a su les craindre au lieu de les haïr. son meilleur ami en est d'ailleurs un, au plus grand damne de son père. elle ne sait pas danser, et n'a pas du tout le rythme dans la peau. c'est un garçon manquée pur et dur qui ne se cache pas de ce côté féminin manquant.
pseudo et prénom — amortentia alias morgane, mais tu peux m'appeler momo.    âge et région/pays — je vais avoir seize ans le 7 septembre, t'oublis pas ! What a Face  comment as-tu découvert le forum ? — une marine sauvage m'a parlé sur skype.    quel est ton avis sur le forum ? — moi je dis, gg pour l'ordre de couleur des smileys.   quelle est ta fréquence de connexion par semaine ? — j'viens jamais bande de moche. ton personnage est — scénario ( ) inventé ( ) ton avatar est — lindsey sexy morgan un dernier mot — je vous pète dessus.    
©️ SECTUMSEMPRA







    you can't hear me cry see my dreams all die, from where you're standing, on your own. it's so quiet here, and I feel so cold, this house no longer, feels like home.


Dernière édition par Melisandre Aldrige le Lun 24 Aoû - 17:58, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
gryffindor house
⊱ DRAGÉES SURPRISES : 338
⊱ PSEUDO : amortentia (morgane)
⊱ CRÉDITS : Blackholes & prospérine d'amour
⊱ AVATAR : lindsey morgan
⊱ COMPTES : hazel la serdaige

⊱ ÂGE : vingt-trois ans
⊱ STATUT CIVIL : faussement en couple avec tommen black, le coeur de la lionne ne connaît pas ce sentiment de papillon dans le ventre et de regard qui brille.
⊱ SANG SORCIER : héritière des shafiq, son sang a été mêlée et elle ne s'en cache pas.
⊱ SCOLARITÉ : c'est une lionne qui étudie le sport pour un jour devenir la meilleure joueuse de quiddich en europe.
⊱ CLUBS ET DISCIPLINE : elle est la batteuse des gryffondors.
⊱ BAGUETTE : sa baguette est fait d'un bois de frêne, avec pour coeur une plume d'hippogriffe. mesurant vingt-neuf centimètres. elle est prédisposée aux sortilèges offensifs.
⊱ PATRONUS : une lionne
⊱ DON MAGIQUE : métamorphomage, comme son père, elle a hérité de ce don et elle apprend encore aujourd'hui à l'utiliser. il n'est pas rare de voir ses cheveux tournés aux rouges d'ailleurs, melisandre est souvent guidée par ses émotions.

MessageSujet: Re: glimpse of the time ☆ melisandre Dim 23 Aoû - 1:29


unbowed, unbent, unbroken

my skin has turned to porcelain to ivory to steel
« Pardon, mais tu bloques le passage. » La jeune-fille se retourne vers la voix masculine et éraillée de son interlocuteur. Une voix qui rugit tel un lion en détresse, ou simplement quelqu’un qui veut s’échapper de l’infernal brouhaha du train. L’impatient qu’elle observe attend dans le couloir pour pouvoir rejoindre une cabine. Il porte déjà l’uniforme et pourtant, il est dans le train des premières années, à ses côtés. Ses yeux virent sur le blason rouge et or à la tête de lion. Et puis ses yeux remontent le long de son torse pour aller se poser sur son visage. Dur et délicat à la fois. Un mélange entre une tendre faiblesse et une force rugissante.  Elle la gamine, elle est encore figée devant les portes, observant sa mère qui va se retrouver de nouveau seul au logis. Sa pauvre mère qui va se sentir si seule. Son mari est déjà parti rejoindre le château pour s’accorder à sa plus grande tâche, apprendre. Professeur des potions, Madame Aldrige voit la deuxième personne qui comptait le plus pour elle s’enfermer dans ce château pour quelques mois. Et cette pensée nostalgique émeut Melisandre. « Excuse-moi. » Sa voix est piquante, insolente gamine à la peau hâlée. Elle n’a pas le temps de dire au revoir à sa mère que déjà on la force à se pousser. Son corps vacille donc auprès de sa valise et là voilà qu’une douleur parcourt son bras. Les crocs de son chat se sont plantés dans son bras et d’une grimace, sort de sa bouche un petit cri. « Aïe ! Grey Wind je ne l’ai pas fait exprès ! » Le chat gris bouge la queue et de son air sadique, il se lèche les babines en tournant le dos à sa maîtresse. Cet animal au mauvais caractère exaspère déjà la jeune fille et alors que le garçon s’approche d’elle pour s’excuser, elle le repousse de sa main droite. « Toi, ne me touche pas. » Il baisse légèrement la tête et passe sa main dans ses cheveux. Un geste qui attire l’attention de la sorcière. Ses yeux fixent cette chevelure en pagaille, à la couleur de l’écorce des arbres. Elle lit sur son visage, de la gêne et bien qu’elle regrette la violence de ces mots, la douleur lui rappelle qu’elle a été juste avec cet inconnu impatient. « Excuse-moi. » Pas un sourire ne se dessine sur son visage et si l’enfant veut s’excuser de sa méchanceté, son honneur est bien trop fort face à l’impatient garçon. Attrapant sa valise, elle commence à marcher dans l’allée pour rejoindre une cabine.

Assise en face d’une jeune-fille brune, les deux demoiselles conversent d’un tas de chose quand soudain une main frappe à la porte. C’est lui. Encore et toujours. Le visage de Melisandre se pince alors que le garçon entre dans la cabine. « Excusez-moi, mais il n’y a plus de place ailleurs. » Assis à côté d’elle, la jeune brune en face les regarde avec un doux sourire. « Ce n’est pas grave. Comment t’appelles-tu ? » Le garçon qui était distrait par le regard énervé de la jeune-fille à ses côtés tourne la tête et regarde son interlocutrice avec gentillesse. Dans le fond, il n’a pas l’air si méchant, juste un peu gauche et c’est ce qui plait légèrement à Melisandre. « Je suis Blaise Finnigan et vous ? » La jeune fille en face de Blaise écarte ses lippes pour laisser place à un tendre sourire, tendant sa main pour serrer celle de Blaise. « Enchantée Blaise, je suis Freya Potter. » La sorcière lâche sa main et tourne son regard vers la jeune fille vexée, attendant que celle-ci se présente. Finnigan l’imite et avec un sourire taquin, il tend sa main à son tour. « Melisandre Aldrige, alias la fille qui s’est fait mordre par son chat parce qu’un garçon était impatient dans les couloirs. » Sa main touche rapidement celle de Finnigan et le garçon écarquille les yeux. Quant à Freya, elle comprend enfin la froideur de sa nouvelle amie de wagon. « Excuse-moi encore pour ton chat … Mais Aldrige … Comme le professeur de potion ? » L’intéressée écarquille un sourcil alors que les yeux de Freya sortent de ses orbites. « Tu es la fille d’un professeur ? » Sa voix pleine de curiosité fait rire Melisandre qui ne peut se retenir de rire. « Oui en effet, mais comment tu connais mon père Blaise ? » Le garçon éclata de rire et commença à raconter qu’il était redoublant. Les jeunes filles écoutèrent son discours et la froideur qu’il y avait eu quelques minutes auparavant entre Blaise et Melisandre disparue. Ils ne savaient pas encore qu’ils n’allaient pas être que des simples camarades de voyage.

☆☆☆


Elle souriait. Elle riait. À en avoir mal au bide et à en pleurer de rire. Freya, Blaise et Tommen riaient également. Ils étaient tous plongés dans ce fou rire monstrueux qu’il devait cacher. Le cours de botanique n’était pas terminé et sous les remarques du professeur, ils se moquaient bien de lui et tentaient de reprendre le travail de groupe le mieux possible, mais cela était impossible. Même Freya la perfectionniste ne pouvait se concentrer. Le directeur entra dans la pièce et le quator s’arrêta de rire, tentant d’être sérieux derrière les petits regards qu’ils se jetaient. « Melisandre Aldrige est-elle présente ? » La voix de l’homme n’avait pas cette lueur habituelle. Calme, froide. Melisandre admirait le sourire farceur du directeur, et elle ne trouvait plus la flamme joyeuse dans son regard. Le professeur hocha la tête en tournant celle-ci pour observer Melisandre avec attention. « Je vous pries de me suivre mademoiselle. » Elle sentit la main de Freya se serrer dans la sienne. Frôlait-elle le renvoi ? Blaise quant à lui observait sa meilleure amie avec le plus de compassion possible et la classe observa la silhouette de la brune sortir de la pièce suivie du professeur. « Il ne reste que dix minutes, reprenons le cours ! »

« Professeur. Il y a un problème ? » Melisandre observait Dumbledore avec interrogation avant de rejoindre son bureau. Elle trouva une silhouette familière, vêtue de noir. Son père. « Papa ! » Se jetant dans ses bras, l’adolescente serra fort le corps de l’homme qui tremblait. « Il y a un problème ? » La main du professeur toucha l’épaule de Melisandre et d’un regard bienveillant, il lui conseilla de s’assoir. Inquiète, le cœur de l’enfant palpitait. Si son père était là, sa mère ne devrait pas tarder. Alger se retourna doucement, cachant une larme qui coulait le long de son œil. « Il y a eu un accident. » Melisandre observait son père. Son cœur allait exploser, ses yeux allaient sortir de ses orbites. Il fallait qu’il en finisse, elle ne pouvait plus tenir sous cette tension. « Ta mère, Melisandre … » Elle aurait aimé que ce soit une blague, comme celle de Tommen. Que Marcacia arrive pas derrière et serre sa fille dans ses bras. Que tout n’était que mascarade. Alger ne trouva pas les mots et il attrapa la main de sa fille. Son regard trahissait tout, il voulait être doux et lui gueuler la folle vérité à la fois. Elle était morte. Elle ne reviendra plus. Quand elle rentrera, il n’y aura plus de maman auprès d’elle. Elle entendit l’horloge sonnée pour annoncer la fin des cours. « Tu mens … » Elle éclata en sanglot, s’accrochant au cou de son père. Serrant de toutes ses forces le tissu contre sa peau, elle se sentait mourir de l’intérieur. Cette impression qui vous donne la chair de poule, et l’envie de vomir. Elle voulait hurler, crier, mourir. Ne plus vivre. Ne plus faire partie de ce monde et rejoindre sa mère. « Elle t’aimait Melisandre, elle t’aimait plus que tout. » Les cheveux de Melisandre se tintèrent de bleus, les larmes coulaient le long de son visage et il fut un temps où elle dû sortir du bureau du directeur.

« Melisandre, ça va ? » « Qu’est-ce qu’il y a ? » « T’es renvoyé Aldrige ? » Ses amis étaient là, auprès d’elle. À s’inquiéter comme il le fallait. Derrière elle, suivait son père, Alger. « Lâchez-moi. » Elle repoussa la main de son père et partie en courant le plus vite possible, le plus loin. La pluie martelait la cours et la sorcière se précipita hors du château. Elle courrait à tout allure, à s’en rompre les poumons, à s’en ouvrir la peau. Arrivée devant le lac, l’enfant s’arrêta d’une foulée net, observant la magnifique vue qu’elle avait. Elle entendait le pas de course de Blaise, rapide, puis celui de Tommen, agile, et enfin Freya qui était la moins sportive des quatre. « Elle est partie. » Le visage maculé de larmes, Melisandre se retourna auprès de ses amis. Son souffle était rapide, elle allait implosée. « Elle est morte ! » Ils virent en Melisandre dans le pire de ses états, celui du deuil et de l’au-revoir. Elle se mit à hurler pour mieux expirer et elle vit des larmes couler sur le visage de Freya. Tommen observait la scène, attrapant la main de Freya. Il n’avait pas besoin de se mettre en avant et de faire des grands gestes. Il était sobre et compatissant. Blaise fut le seul à l’approcher doucement avant de soutenir son corps. Melisandre se laissa tomber dans ses bras, sanglotant et hurlant qu’on la tue. Elle n’avait plus la force de se tenir debout et de continuer ainsi. D’être forte pour son père. Elle l’avait laissé tout seul dans ce château … Elle s’en voulait tellement, l’égoïste enfant. « Ramène-moi près de mon papa. » Elle les prononça entre quelques sanglots. Ses doigts s’enroulèrent autour de son cou et il la remonta tout le long du chemin parcourut. Son père était assis sur un banc, la valise de Melisandre a la main et attendant son retour. Celle-ci remercia Blaise brièvement et alla s’asseoir à ses côtés sur le banc. Elle savourait le simple instant de sentir son paternel auprès d’elle. Et dans sa tête, sa mère n’était pas loin, préparant un bon plat. Sa mère serait toujours là, auprès d’elle. C’est gravé dans son cœur de pierre.

☆☆☆


« Blaise ? » La voix de la jeune femme a changé. Elle est devenue grande, la petite batteuse. Elle est devenue aussi grande que forte. Son corps est fait de muscle et pourtant, elle a toujours cette candeur dans le regard et ces lèvres de dame qu’on rêve de conquérir. La beauté de la sauvage, devenue femme observe l’homme assis devant les marches de sa tour. La salle commune des gryffondors est plongée dans la pénombre et voilà que l’adorable créature cherche son plus grand allié. Assis, les genoux remontés contre sa poitrine, il cache sa tête entre ses jambes. « Je ne suis qu’un idiot. » Les cheveux complètement détachés de la brune frôle l’épaule du batteur, qui a ce contact sent son épiderme réagir. Prenant place à ses côtés, elle enroule son bras autour de lui et dépose sa tête contre son épaule. « Je suis bien d’accord avec toi. Tu es un stupide idiot Blaise Finnigan. Le plus grand nigaud que le monde sorcier puisse connaître. » Sa voix est douce, délicate et ironique à la fois. Elle se moque bien de ce qu’elle vient de dire, il sait très bien qu’elle le pense autant qu’elle adore les cours de rune. « Bon, et si tu me disais ce que t’arrive. C’est à propos de la défaite ? » Elle n’y est pas allée par quatre chemins Melisandre, et c’est cette franchise enivrante que le garçon adore chez elle. Melisandre a le cœur pur bien que fort, tout ce qui sort de sa bouche prenait un véritable sens pour Blaise. Et cette défaite n’est pas le premier des soucis du garçon. « Oui, mais pas seulement … C’est ma faute si on a perdu, j’ai mal frappé et Martins s’est bien moqué de nous. » Melisandre pouffe et sa voix s’élève, trahissant la colère qui palpite en elle. « Je l’emmerde Martins, comme j’emmerde ce cognard que tu as bien visé ! T’as juste besoin d’un peu d’entraînement si tu sens que tes coups sont mauvais. » Elle le sent rire, ses épaules bougent et il relève la tête avec un sourire débile. La main de la jeune-fille pousse sa tête pour le repousser avant d’éclater de rire. « T’es vraiment bête Finnigan. » Celui-ci tourne la tête pour pouvoir la regarder avec un sourire taquin. La salle commune est vide à cette heure et Tommen doit dormir en ronchonnant dans son lit, d’où la descente soudaine de Finnigan. Quant à Aldrige, elle devait sûrement terminer un devoir à rendre pour le lendemain, comme à son habitude après une journée de quiddich. Le sourire du garçon était joueur, taquin, prêt à bondir. D’un geste rapide, sa main alla à la rencontre de la taille de Melisandre pour commencer à agiter ses doigts. Surprise, elle éclate de rire tellement fort qu’un des tableaux les fusilla du regard. Des petits cris résonnaient dans la salle, mélangés à des rires alors qu’ils se débattaient l’un et l’autre. Ils finirent tous deux au sol, le corps Melisandre contre le sol et celui de Blaise au-dessus. Leurs regards se croisent et d’un geste si naturel, la main de l’Aldrige caresse la chevelure toujours en pagaille de Finnigan. Ils sont si proches l’un de l’autre, si bien dans ce paradis de coussin et d’insouciance. De rire et de beauté. « J’ai rompu avec Polly. » Les yeux de la brune s’écarquillent et surprise, elle fixe son meilleur ami avec ce regard doucereux. Polly Dawkins, grande blonde aux yeux azurs, les cheveux raides, faisant parti de la maison des aigles. Polly était tout le contraire de Melisandre, le genre de fille parfaite, studieuse et surtout trop rangée dans son monde. Elle fait partie de ses mégères dont Melisandre aime bien se moquer et pourtant, c’est sur elle que Finnigan a posé ses yeux. Ils sont sortis quelques temps ensemble et voilà qu’aujourd’hui, il craque enfin. « Il était temps que tu lâches cette pimbêche. » Jalouse la Melisandre ? On ne peut pas vraiment le savoir, mais Finnigan est son meilleur ami et elle sera toujours là pour lui, toujours. Et ce n’est certainement pas cette blonde qui allait changer ça. « Elle m’a quitté parce que j’étais une " entrave " à ses études. » La brune pouffe de nouveau en observant son ami. Ils étaient si à l’aise dans cette position, c’est comme s’ils avaient toujours été ensemble. Finnigan observe Melisandre avec interrogation. « Toi, une entrave ? Elle a sûrement raison. » Toujours hilare, le garçon lève les yeux au ciel avant de se relever, tendant sa main. « Tu ne mérites pas que je t’aide Aldrige. » La brune attrape sa main et se relève à son tour, un petit sourire malicieux aux lèvres. « Merci Finnigan. Si Dawkins ne veut plus de toi, c’est qu’elle a d’autres bouffons à aller voir. T’inquiète pas Don Juan, tu trouveras bien ta petite Juliette. » Ses pieds se soulèvent sur la pointe pour pouvoir embrasser le garçon sur la joue avant de partir dans son dortoir. Le garçon fixe alors le feu qui crépite en touchant sa joue. Elle a peut être raison. Ou il est simplement aveugle pour voir la merveille qu’il a sous les yeux chaque jour.

☆☆☆


« Melisandre, je peux te parler ? » La jeune femme qui était plongée dans une discussion importante sur les Harpies d’Holyhead au côté de Blaise et de quelques gryffondors. Son regard se tourna sur le brun aux cheveux longs, le petit regard taquin au visage. Elle pouvait lire dans ce regard, une légère lueur de stresse, comme si ce qu’il allait lui dire allait être difficile. « Bien sûr Black. » Elle se poussa pour lui faire de la place, mais le coup de tête de Black montrant le couloir fit comprendre à Melisandre qu’il était mieux d’aller en privé. Poussant les plis de sa cape, la sorcière se leva en suivant le garçon avec un regard interrogatif. Une fois dans un couloir vide le garçon se mit à sourire. « Freya a accepté de sortir avec moi ! » Les lippes de la lionne s’étirèrent et d’un geste amical elle frappa l’épaule de son coéquipier. Il était temps que ces deux amis sortent ensemble. « Mais il y a un problème … On ne peut pas être ensemble. Black et Potter, c’est impossible. » La jeune-fille hocha légèrement de la tête, soucieuse. « Je comprends, mais je ne vois pas où tu veux en venir. » « Sors avec moi Aldrige. » Les yeux de la brune s’écarquillèrent et elle pouffa immédiatement de rire. « Melisandre ! Tu pourrais me couvrir, mes parents ne diront rien parce que tu es une Aldrige et ils aiment bien ton père. Et puis, ils vont se dire que ce n’est qu’une romance d’adolescent, et comme ça je pourrai toujours être avec Freya. » Melisandre croisa les bras, pensive. Si son père la voyait dans les bras de Tommen, il n’aurait pas à s’inquiéter de sa proximité avec Blaise et de cette amitié dont elle est incapable de mettre un terme. « J’y gagne quoi Black ? » « Le bonheur de ta meilleure amie. » Melisandre leva les yeux au ciel face au sourire idiot de Black. « Bon … J’accepte … Mais je t’interdis de te faire surprendre ! Je refuse d’avoir la réputation de cocu. » Tommen éclata de rire avant d’enrouler son bras autour des épaules de Melisandre, retournant au banquier comme un nouveau couple.

☆☆☆


Assise sur le canapé confortable du salon, la jeune-fille lisait un nouvel article sur les Harpies d’Holydead. Elle éclata de rire à la vision de la photographie sur le batteur de l’équipe qu’elle trouvait totalement ridicule. Même Freya savait mieux que lui ! Son père s’installa auprès d’elle, un délicieux thé dans la main gauche, lisant par-dessus l’épaule de sa fille. « Il faudrait qu’on se trouve des places pour la prochaine coupe papa ! » Alger hocha légèrement de la tête, un petit sourire aux lèvres. « Bientôt, tu iras voir les matchs tout seul, et tu diras " C’est ma fille ! " en levant ta canne. » Observant son père, elle éclata de rire à la mine qu’il faisait. Sa fille avait bien grandi et encore aujourd’hui, elle était sa perle, son trésor adoré. Mais l’homme partageait sa vie dans les bras d’une autre femme, il avait fait le deuil de Marcacia et ça, Melisandre l’ignorait. Elle a toujours pensé que son père finirait seul, à parler au vieux fauteuil rouge de sa mère. Jamais elle ne le penserait, et bien qu’elle veuille son bonheur, elle aimait cet amour inconditionnel qu’il lui portait et elle serait jalouse de devoir le partager avec une autre femme. « À ce fait Melisandre, je voudrais te parler. » Hochant la tête d’un air distrait, son père lui arracha le papier des mains pour pouvoir la regarder en face. Grimaçant, la jeune-femme se retourne en observant son père. « Et bien parle. » Aussi insolente que sa mère, elle avait hérité de ses cheveux bruns bouclés et ce petit côté rebelle et dangereux. « Et bien tu sais que depuis ta mère je n’ai fréquenté personne et … » La bouche d’Alger resta ouverte sans qu’aucun son ne sorte. Les yeux de la brune devinent un peu plus noir. La curiosité la rongeait. « Et j’ai rencontré quelqu’un. » Le visage de Melisandre resta sombre. Aucun sourire ne se créa sur son visage choqué. Son père n’avait pas le droit, il n’avait pas à finir dans les bras d’une autre femme. Il lui appartenait et elle avait été la meilleure fille qu’on puisse rêver – malgré son caractère et ses notes – elle avait toujours tenté de combler ce bonheur. C’est pour cette raison véritable que Melisandre n’était jamais tombé réellement amoureuse, elle ne comprenait simplement pas ce sentiment. « Qui est la malheureuse élue ? » Alger avala lentement une gorgée avant de fixer sa fille un instant. Il aperçut les pointes de sa fille se colorer d’un rouge colérique et il préféra mettre un terme rapidement. « Cora McGonagall, le professeur de… » « Je sais qui est le professeur McGonagall ! Tu sors avec cette mégère ?! » Cette fois, c’est son crâne entier qui devint rouge et la jeune-fille avait envie d’hurler. Elle détestait la botanique, elle détestait le professeur McGonagall plus que le professeur de divination, et il en fallait pour haïr quelqu’un plus que ce professeur et sa matière des plus … étranges. « Melisandre, ne parle pas ainsi de Cora ! » La jeune fille se releva d’un bond furieux en observant son père. « Cora … Tant que tu y es, tu vas me dire que j’ai vais être grande-sœur ! » La jeune femme rattrapa son journal, toujours aussi énervée. « Cette blondasse frustrée ne remplacera jamais maman ! » Alger voulut dire quelque chose mais Melisandre avait déjà quitté la pièce, suivi de son chat tout aussi blasé qu’elle. Montant dans sa chambre, elle claqua la porte comme une vulgaire adolescente. La rentrée prochaine semblerait être intéressante.
© SECTUMSEMPRA 2015




    you can't hear me cry see my dreams all die, from where you're standing, on your own. it's so quiet here, and I feel so cold, this house no longer, feels like home.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

glimpse of the time ☆ melisandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» glimpse of the time ☆ melisandre
» Quite cute: ral quite cute, play time & candy yum yum
» SWAP Apéro Time
» (✰) i hold the time to keep you off my mind.
» ☾ every time you touch me i just melt away.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
sectumsempra :: 
les lettres envoyées par hiboux
 :: Le miroir du risèd :: fiches validées
-
élèves attendus :
potions
sortilèges
langues étrangères
métamorphose
occlumancie

scénarios recherchés :